S’appuyant sur sa banque de données, le méta-moteur de recherche d’emploi Joblift a étudié la tendance emploi des startups sur le marché français. Conclusion: 60% des offres totales en startups sont des CDI. Un chiffre élevé par rapport au marché français en général.

Parmi les offres concernées, une part importante est dédiée aux développeurs et aux commerciaux. Par ailleurs, le recrutement en startup est en augmentation, et ce, dans tout le pays, avec une hausse de plus en plus importante en régions.

Avec 60% des postes, le CDI grand gagnant du marché des startups

Sur plus de 71 000 offres d’emploi en startup étudiées sur les 12 derniers mois, près de 60% des postes proposés sont des CDI ou des opportunités de CDI, alors que celui-ci occupe plus généralement la moitié des offres sur le marché français.

Les stages représentent 27% des offres totales. Un chiffre certes important qui vient cependant contredire l’idée reçue que les startups carburent au stagiaire.

Par ailleurs, 4% seulement des offres sont des CDD et environ autant sont des demandes de freelance. Autre point, Joblift a trouvé 2 700 offres d’alternances sur les 12 derniers mois.

Presque 17 000 postes de développeurs et d’ingénieurs et 9 500 pour les commerciaux

Sans grande surprise, les développeurs et les commerciaux sont les grands champions du marché de l’emploi startup. Joblift a trouvé 17 000 postes vacants pour les ingénieurs et développeurs et environ 9 400 pour les commerciaux ou « business développeurs ». Les métiers du marketing et de la communication arrivent ensuite avec près de 6 000 offres.

Alors que ces postes nécessitent des compétences précises, on observe une tendance à la baisse quant à la nécessité d’une formation très classique type « Bac + x » pour rejoindre les startups. Les entreprises semblent être à la recherche d’un talent et d’une personnalité plutôt qu’un diplôme.

Au pays des licornes françaises, Paris est reine

Avec 55% des offres d’emploi, la capitale et sa région demeurent le centre névralgique de la culture startup du pays. Pourtant, d’autres villes françaises tirent aisément leur épingle du jeu et s’imposent peu à peu comme de nouveaux lieux dynamiques et créateurs d’emploi dans le monde de l’entreprenariat.

Lyon et la région Rhône-Alpes par exemple représentent 10% des offres totales et le chiffre est en augmentation. Les régions PACA et Nord-Pas-de-Calais suivent de près.

Joblift observe une explosion nette des appels à candidats au 3ème semestre, commune à l’ensemble du pays, avec un pic en juillet et en septembre. En effet il y a eu en moyenne 141% d’augmentation des offres d’emploi au 3ème semestre 2016 par rapport à 2015. Face à ce dynamisme, les régions et les communes ont compris l’intérêt d’investir et d’encourager les startups qui se développent chez elles.

L’analyse de Joblift traduit un investissement sérieux des startups dans les talents pour le développement de leur business. En plus d’être au cœur de nombreuses innovations, les startups semblent se positionner en employeurs sûrs, ce qui offre un souffle frais face au sentiment précaire du pays.