La difficulté est de faire comprendre que pour manager du développement international il faut maîtriser « une boite à outils » incontournable de techniques liées à l’export.