Au moins 91% des managers estiment que la gestion des temps de travail participe au bon climat social de l’entreprise. Telle est la conclusion d’une étude menée par Horoquartz avec OpinionWay pour décrypter le rapport des managers au temps de travail.

De manière générale, 90% des managers déclarent faire confiance aux membres de leur équipe pour gérer leur temps de travail et ce, quel que soit le secteur ou la taille de l’entreprise.

En ce sens, seul un encadrant sur deux (50%) estime qu’il est indispensable de respecter ses horaires de travail, ce qui génère une perception variable de l’acceptabilité d’un retard par ces derniers. La durée moyenne du retard acceptable ressort à 38 mn.

Ainsi, si 67% des managers déclarent contrôler le temps de travail des membres de leur équipe, seuls 19% le font de manière précise.

Cette confiance des managers se traduit également dans l’organisation de la journée de travail. Plus de 80% des responsables laissent une liberté aux membres de leur équipe et notamment sur la durée et le moment de leur pause ou encore sur la possibilité de s’absenter ponctuellement pour une urgence personnelle.

La liberté laissée aux équipes devient un gain de productivité et d’implication des collaborateurs malgré certains abus
93% des managers observent une meilleure productivité de leurs collaborateurs (47% de manière fréquente) ainsi qu’une meilleure implication dans leur travail (43% de manière fréquente). Cependant, ils constatent à 84%, des temps de présence inférieurs à la durée de travail requise, des retards répétés de la part de certains collaborateurs (76 %) et de fait, 76% craignent d’être en difficulté par rapport à leur hiérarchie.

La gestion des temps de travail : un outil de management

89% des managers veillent au respect des horaires de travail pour participer au maintien de l’équité entre salariés. Malgré ce constat, 68% d’entre eux estiment qu’aujourd’hui, contrôler le temps de travail des salariés a moins de sens, privilégiant la qualité du travail.

Des disparités apparaissent selon les secteurs d’activités et la taille des entreprises

Ce sondage a permis de mettre en avant le fait que les managers exerçant dans un secteur où l’importance du présentiel (par exemple dans le BTP ou dans le transport) est forte accordent une importance plus marquée aux horaires de travail et à leur contrôle. Ils ont aussi un seuil d’acceptabilité des retards plus faible.

Egalement, des différences s’observent selon la taille des entreprises. En effet, les ETI semblent avoir plus de difficultés pour la prise en compte de l’équilibre vie professionnelle/vie privée (77% en tiennent compte contre 87% au global). C’est aussi dans ces structures que l’on craint le plus que la liberté laissée aux collaborateurs puisse mettre l’encadrant en difficulté par rapport à sa hiérarchie (83%).

En conclusion, la mesure de la qualité du travail apparaît comme un enjeu central pour les managers qui peuvent ainsi aborder sereinement la gestion du temps de travail, avec souplesse et contrôle.

Méthodologie

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1043 personnes, salariés, travaillant dans une entreprise privée ou publique. Ce panel a été extrait d’un échantillon représentatif de salariés français. Les personnes ont été interrogées en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Le terrain a été réalisé du 16 au 20 juin 2016. OpinionWay a effectué cette enquête en appliquant les procédures et règles de la normal ISO 202552.