À l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes célébrée le 8 mars, l’ESTACA,école d’ingénieurs post-bac spécialisée dans les transports et la mobilité, souhaite rappeler le rôle essentiel que les femmes ingénieures ont à jouer dans le secteur des transports.

Ingénieur : un métier qui a besoin de se féminiser

« Le désintérêt des jeunes filles pour les matières scientifiques fait du métier d’ingénieur un métier essentiellement masculin, et c’est encore plus vrai dans le secteur des transports », indique Pascale Ribon, directrice générale de l’ESTACA. « C’est un phénomène avant tout sociétal qui se construit dès l’enseignement primaire et secondaire et dont les écoles d’ingénieurs héritent ».

Si 45% des bacheliers scientifiques sont des filles, ces dernières ne sont que 28% dans les écoles d’ingénieurs. Une proportion qui chute à 15% dans les cursus liés aux transports.

 

L’ESTACA, une école engagée pour la diversité dans le secteur des transports

Afin de lutter contre les stéréotypes, l’ESTACA mène depuis de nombreuses années, des actions visant à informer et sensibiliser les jeunes filles aux métiers de l’ingénierie des transports.

  • « Elles bougent » : L’ESTACA est membre fondateur de cette association qui a pour but de faire découvrir aux jeunes filles la réalité du métier d’ingénieur dans le domaine des transports et de l’énergie. Les lycéennes sont invitées à assister à des conférences et à rencontrer des femmes ingénieures et des étudiantes, ou encore à visiter différents sites industriels.
  • « Ingénieuses » : L’ESTACA participe à cette opération chaque année. Un évènement qui récompense les écoles favorisant, à travers différentes actions de communication, le recrutement des lycéennes dans les formations d’ingénieures et des les sensibiliser à la parité hommes-femmes.
  • « Femmes et Sciences 53 » : Des chercheuses ou enseignantes de l’ESTACA interviennent dans les collèges et lycées de Mayenne pour faire découvrir le métier d’ingénieur aux jeunes filles.
  • « IndustriElles » : l’Ecole organise des marrainages de jeunes lycéennes par des femmes ingénieures pour susciter des vocations.

En parallèle, l’Ecole mène tout au long de l’année des actions de communication : portraits vidéos d’étudiantes, d’enseignantes, de chercheuses, conférences métiers de femmes ingénieurs lors de journées portes ouvertes, etc. Autant d’actions qui ont pour objectif de montrer que le métier d’ingénieur offre de belles opportunités de carrières pour les femmes.

 

Des femmes très demandées par les industriels

« L’évolution des compétences attendues chez les ingénieurs dans le secteur des transports, doit faire tomber les barrières de sexe. Aujourd’hui, un ingénieur doit allier des compétences technologiques, sociologiques et économiques. Les jeunes filles peuvent tout aussi bien se projeter dans ces métiers, d’autant plus que les industriels sont très demandeurs de femmes ingénieures, synonymes d’un meilleur équilibre, d’une plus grande efficacité et de plus de créativité au sein des équipes », affirme Pascale Ribon qui s’intéresse aussi au ressenti de ces femmes qui ont franchi le pas : « La dernière enquête de l’association « Elles bougent » montre que 95% des femmes ingénieures sont satisfaites de leur parcoursEn outre, 76% croient à l’évolution de leur propre carrière, et 96% jugent que la promotion de la parité est une donnée importante au sein de l’entrepriseLes femmes ont donc parfaitement leur place dans le monde de l’ingénierie, tout particulièrement dans le secteur des transports, un secteur qui recrute : 80% de nos diplômés trouvent un emploi moins de deux mois après leur sortie d’école » conclut Pascale Ribon.