Tribune de Didier Pitelet

 

Le dogme ambiant élève les start-ups en référentes absolues de l’intelligence collective, reléguant la moindre entreprise non digitale ou de plus de 5 ans en incongruité sociologique.

De fait, pour être vrai, il faut « startuper». La création d’entreprise s’est elle aussi « ubérisée» pour devenir une startup ovation…

Et comme un dogme est toujours accompagné de gourous et de modes à suivre, chacun sait ce qu’il a à faire, à dire pour être dans le vent… Et la créativité dans tout ça ?

Si la culture était interchangeable – comme on voudrait nous le faire croire – au profit d’un style, d’un langage, d’un management, de la même « cool attitude », quelle catastrophe et quel lavage de neurones, programme GAFA oblige (Google, Apple, Facebook, Amazon) !

L’intelligence,fort heureusement, ne se confond ni avec la culture, ni avec la créativité qui confèrent à chacun son exclusivité ; il en va des humains comme des entreprises, des politiques, des syndicats, des médias…

La pensée unique a malheureusement asséchéla créativité en entreprise au point de devoir haranguer les foules de managers sur des slogans d’entreprise libérée ou encore de management aplati, version gueule de boxer…

Mais derrière ces incantations se cache une toute autre réalité : LA PEUR DES IMPRÉVUS.

 

 

La créativité fait souvent peur dans des organisations où il faut tout prévoir à l’avance ; ce qui revient à anticiper, à évaluer a minima mais aussi à museler les profils décalés et atypiques (ceux mêmes que l’on retrouve dans des start-ups…). La culture est souvent penséecomme un mot d’ordre à appliquer mais non à vivre au nom des sacrosaintes valeurs d’entreprise affichées partout mais dont tout le monde se fiche.

Mais qu’ont donc les startups pour faire fantasmer autant de monde ? Trois choses essentielles:

  • « Le small is beautiful» où le patron est au cœur des équipes,
  • Une créativité qui autorise toute les audaces au nom d’un projet partagé,
  • Le pragmatisme du bon sens opérationnel.

 

Ces trois caractéristiques sont exactement ce qui manque aujourd’hui dans la plupart des grandes organisations: entreprise à taille humaine, créativité, bon sens…

Aujourd’hui il ne s’agit pas, contrairement à l’air du temps, de se repenser ou de se réinventer mais bien de se penser tout court en se posant les bonnes questions, celles qui touchent autant le cœur que la raison.

 

L’art de la question est un principe d’action qui ne doit pas faire peur. La créativité distingue, rend unique ; elle peut faire peur, déroute mais elle ouvre des chemins d’espoir aussi.

Si la plupart des entreprises peinent à incarner un futur humain, accessible pour la plupart des générations, c’est justement parce que le système a pris le pas sur la pensée créative, où chacun joue un rôle souvent en décalage avec sa propre vie.

La créativité est un art qui ne s’apprend pas à l’école, si ce n’est l’école de la vie ; il est à la portée de chaque être qui ose être lui-même dans une organisation et non un soumis. Les systèmes sont souvent le terreau des bassesses morales qui aboutissent au mal être ambiant, au burn out et tout aussi grave, au rejet des jeunes générations qui rêvent de créativité justement.

La créativité est un art qui fait la différence et milite pour l’exclusivité du savoir-être et du savoir- faire. Bref, un chemin à emprunter sans peur pour être au rendez-vous de soi-même…

 

Qui est Didier Pitelet ?

Reconnu comme l’un des meilleurs experts européens en communication et e n management, Didier Pitelet, après 16 ans passés chez Publicis à la tête de plusieurs entreprises de conseil et de communication, a fondé Onthemoon, en 2006, dédiée à tous les enjeux de culture d’entreprise. Il est aussi membre de l’ACCE (Association des Conseils en Communication pour l’Emploi) et Partenaire du Cercle du Le adership. Ses ouvrages et notes de conjoncture développent depuis plus de vingt ans les enjeux de gouvernance d’entreprise et de management des relations humaines pour les années à venir. Il a publié en mars 2016 aux éditions Eyrolles « Le Pari de la Culture, petit éloge de la culture d’entreprise », préfacé par Matthieu Ricard.

Pour la septième année consécutive et pour ses dix ans, Onthemoon a reçu trois Grand Prix Or au Grand Prix de la Créativité RH 2016 pour ses créations pour Carrefour, Pochet et Bouygues Télécom. L’agence a également gagné 7 nouveaux clients au premier semestre… La créativité, décidément ça n’a pas de prix !