Après une croissance de 5,9 % en mars, l’intérim atteint en avril son plus haut niveau depuis décembre 2015 avec +9,1 %.

Tous les secteurs enregistrent une nette accélération comparée à mars, à l’exception du commerce. C’est particulièrement le cas dans les services et l’industrie avec respectivement +6,3 et +3,8 points.

Après avoir été portée en 2015 par les qualifications de premier niveau, la croissance de l’intérim s’appuie désormais sur des métiers plus qualifiés. Les deux catégories professionnelles qui se développent le plus en avril 2016 sont les ouvriers qualifiés (+13,2 %) et les cadres et professions intermédiaires (+10,7 %).

Cette amélioration demeure toutefois relativement modeste au regard des précédents cycles de reprise économique. En effet, la croissance des 4 premiers mois de 2016 représente 6,3 % après 4,5 % en 2015 ; en 1997 et en 2010, le redressement de l’intérim était caractérisé par des croissances plus marquées.

L’ensemble des grands secteurs en croissance

L’emploi intérimaire progresse dans l’ensemble des grands secteurs d’activité : les transports (+14,8 %), les services (+11,6 %), le BTP (+8,9 %), l’industrie (+8,1 %) et le commerce (+4,1 %).

 

Toutes les qualifications en hausse

L’emploi intérimaire se développe chez les ouvriers qualifiés (+13,2 %), les cadres et professions intermédiaires (+10,7 %), les employés (+9,8 %) et les ouvriers non qualifiés (+5,3 %).

 

Toutes les régions en hausse

Les effectifs intérimaires augmentent le plus fortement en Île-de-France (+16,2 %) et en Pays-de-la-Loire (+16,1 %) et le moins fortement en Auvergne- Rhône-Alpes (+5,5 %), Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (+3,8 %) et en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (+3,7 %).

 

CARTE