Une enquête sur l’environnement de travail menée par Monster.fr souligne que les français restent largement attirés par l’option open-space (35%) malgré les différentes recherches remettant en cause ce modèle au regard de ses limites sur la productivité des salariés.

C’est à peine moins que les adeptes du bureau ou de la boutique individuel(le) qui restent majoritaires (37%), dans un pays en retard concernant l’adoption des bureaux ouverts.

Le bien-être individuel est une préoccupation centrale de la réflexion sur l’espace de travail. Ainsi, lorsque l’on interroge les salariés, ils sont une majorité à estimer que se sentir bien sur son lieu de travail est plus important que leur niveau de rémunération (41% contre 34%).

En communauté ou en autonomie?

Se dessinent ainsi deux principaux types de profils, les premiers préférant partager leur environnement direct de travail avec leur équipe pour des échanges plus directs et se sentir au cœur de l’action – à condition, bien sûr, de savoir vivre en communauté -, les seconds se sentant plus performants dans leur propre bureau/boutique où ils sont à la fois plus autonomes et tranquilles.

Au-delà de cette conception sédentaire du travail, 15% des répondants n’aiment pas travailler dans un lieu fixe. Que ce soit en déplacement, en espace de co-working, ou dans un lieu public type café, cette troisième typologie de personne privilégie la mobilité.

Une envie contagieuse de nouveaux horizons qui se traduit par un besoin de laisser son lieu de travail habituel de temps en temps. Ainsi, plus de 11% des salariés français souhaiteraient voyager à une fréquence d’au moins une fois par semaine dans le cadre du travail et 30% se verraient bien effectuer un voyage d’affaire par mois.