8 règles simples pour éviter la perte de talents et devenir « employee-friendly »

par Xavier Bonduelle, PDG IMDRH

« Une entreprise  employee-friendly a quatre vertus », selon Xavier Bonduelle, Président de l’Institut du Management Des ressources Humaines (IMDRH). « Elle est rassurante pour les clients, épanouissante pour les collaborateurs, stimulante pour les dirigeants et rentable pour les actionnaires ».

Comment fidéliser ses employés de haut niveau ? Xavier Bonduelle se penche ici sur les raisons du départ des talents et énonce les 8 règles à respecter pour l’éviter.

Quand une entreprise perd l’un de ses « talents », le coût de ce départ peut être important. Entre la désorganisation du service traduite par une vingtaine de jours supplémentaires d’arrêt maladie, le team-building pour souder l’équipe et la rassurer, le recrutement d’un remplaçant et sa formation, le projet retardé, le client perdu, cela peut coûter jusqu’à 90 000 euros pour un cadre payé 80 000 € par an. C’est de l’argent qui serait mieux investi dans la fidélisation des collaborateurs !

Mais avant de résumer les actions permettant de devenir « employee-friendly », identifions les raisons qui poussent un « talent » à regarder à l’extérieur :

Raison n°1 : pauvreté du contenu du poste. Un talent s’épanouit en utilisant tout son potentiel et en repoussant ses propres limites.

Raison n°2 : incohérence ente les attendus du poste et les qualifications ou les attentes du « talent ». Un talent s’épanouit quand il sent que ses missions répondent à ses compétences et à ses envies.

Raison n°3 : insuffisance d’accompagnement de la part du manager et de l’entreprise. Un talent a besoin d’être formé et développé pour s’épanouir. 

Raison n°4 : déficit de responsabilisation. Un talent doit se voir confier de nouveaux challenges, de nouvelles missions, de nouvelles responsabilités pour s’épanouir.

Raison n°5 : manque de valorisation. Un talent a besoin d’être reconnu, et identifié ; ses succès doivent être célébrés.

Raison n°6 : incidence négative sur la qualité de vie. Difficile de s’épanouir quand on passe chaque jour 2 heures dans les transports ou qu’on est contraint de travailler dans l’urgence et la précipitation. 

Raison n°7 : perte de foi. Un talent, pour s’épanouir, a besoin d’être porté et  enthousiasmé par un projet d’entreprise, des produits, des valeurs et une équipe dirigeante à la hauteur.

Raison n°8 : absence de confiance. Un talent a du mal à pousser dans un jardin où la défiance, le sur-contrôle et la suspicion règnent sans partage.

Pour éviter tout cela, 8 règles simples :

Règle n°1 : Donnez du sens à votre entreprise et incarnez ce en quoi vous croyez.

Règle n°2 : Formez vos collaborateurs, améliorez leur efficacité, renforcez leur employabilité ; c’est  ainsi que, paradoxalement, vous les fidéliserez.

Règle n°3 : Favorisez le management de proximité ; chacun a besoin d’être écouté, reconnu, valorisé dans ses succès et aidé dans ses difficultés pour donner le meilleur de lui-même.

Règle n°4 : Autorisez vos collaborateurs à proposer des solutions leur permettant de mieux conjuguer engagement professionnel et qualité de vie personnelle.

Règle n°5 : Développez le mentoring :

  1. Vous valoriserez les mentors et les obligerez à revisiter leur expertise pour la transmettre

  2. Vous donnerez à vos talents l’occasion d’être soutenus, écoutés, guidés, aidés 

  3. Vous soulagerez vos managers

Règle n°6 : Ne vous contentez pas de responsabiliser vos collaborateurs, donnez-leur l’occasion de se dépasser et de vous surprendre.

Règle n°7 : Donnez du pouvoir à vos collaborateurs !

Règle n°8 : Soyez ouverts à des modes d’organisation “libérés” : travail à distance, groupes collaboratifs, télétravail, travail à temps partiel, horaires flexibles.

 

A propos de Xavier Bonduelle, Président de l’IMDRH :

Diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion, Xavier Bonduelle a exercé dans plusieurs groupes internationaux avant de s’investir dans le Conseil en management. Consultant puis Directeur associé dans un cabinet européen, il décide en 1994 de fonder Do It. Il a contribué aux réflexions sur les composantes du leadership et l’appropriation du changement par les équipes. Il est à l’origine de produits reconnus : MDS, VEGA, GENAM… Depuis 20 ans il s’est entouré des meilleurs experts afin de répondre aux enjeux d’aujourd’hui tout en se préparant à aider les entreprises à relever les défis humains de demain.

En avril  2014 il a fondé l’IMDRH (l’Institut du Management Des Ressources Humaines) dont il est l’actuel Président.

A propos de l’IMDRH : 

L’Institut du Management Des Ressources Humaines (IMDRH) a été créé en avril 2014 à l’initiative du Groupe Do It, dédié à la formation au leadership des décideurs et des équipes managériales, avec l’appui de l’ECEMA, la grande école de management 100% en alternance. A la rentrée 2015, IMDRH propose une formation diplômante de niveau Bac+5 « Manager des ressources humaines ». Elle s’adresse aux professionnels en poste RH de niveau Bac+ 4 ou Bac + 3 (ou en deçà avec 5 ans d’expérience minimum) et aux professionnels issus d’autres fonctions (Responsables financiers, marketing, commerciaux,…) désireux d’évoluer vers les Ressources Humaines  (déjà titulaires d’un diplôme Bac+4 minimum qu’elle que soit la discipline). Le diplôme est certifié RNCP niveau 1 et  reconnu par le COPANEF, donc éligible au CPF.