Apprécier l’évaluation !

© Rawpixel – Fotolia.com Par Charles Kramer  » Un thermostat mal réglé a peu d’effets positifs sur la température. Il est, au contraire, à la source de nombreux inconvénients ». Être évalué est souvent gênant. Ne redoute-t-on pas de se voir méjugé, en méconnaissance de cause ? Porter des appréciations ne déplaît pas moins. À divulguer ce que l’on pense du travail d’autrui ne s’expose-t-on pas à des contestations et peut-être à subir des représailles ? Un risque majeur est de décourager les collaborateurs plutôt que de stimuler leur moral. Le salarié s’attend à être évalué dans ses activités. S’il est cadre, il lui sera aussi demandé de formuler des appréciations sur ses subordonnés, voire sur ses pairs, éventuellement sur ses supérieurs hiérarchiques. Son avis sur des postulants internes et externes peut être requis. Comment de telles démarches se conçoivent-elles de nos jours?   A la lumière de l’expérience, des notions se dégagent qui plaident en faveur du respect de principes éthiques et de précautions d’ordre technique pour tempérer le désagrément que beaucoup ressentent lorsqu’ils sont appelés à s’impliquer. Contribuer au développement des intéressés fait partie des buts à viser. Aux yeux d’un employeur, l’évaluation périodique n’est pas une fin en soi. C’est l’un des moyens à utiliser pour améliorer les apports individuels et collectifs à la réussite de la firme et étayer des décisions. Ces fins ne sont-elles pas parfois perdues de...

Read More