Le syndicat du conseil en recrutement, et unique organisation représentative de la profession, a renouvelé ce lundi 7 septembre, par son président Jean-Paul Brette, la signature de la Charte des intermédiaires de l’emploi auprès du Défenseur des Droits, Dominique Baudis.
 
L’IFOP a présenté les résultats de l’enquête de perception des discriminations à l’emploi, sur l’initiative du défenseur des Droits, Dominique Baudis et de son adjointe Maryvonne Lyazid.

13% des réclamations reçues relèvent de l’âge des candidats et particulièrement des Séniors.

Le soutien aux victimes et la promotion de leurs droits est un axe permanent du Défenseur des Droits.

26% de ceux qui se perçoivent discriminés demandent l’appui d’un professionnel du recrutement.

69% de ceux qui ont été discriminés l’ont été lors de l’entretien d’embauche  estiment l’avoir été pour :

  • 36% par le décideur, futur responsable hiérarchique
  • 38% par le DRH
  • 22% par l’intermédiaire du recrutement

Dominique Baudis a particulièrement remercié les signataires de la Charte de leur engagement et des travaux menés.

« En tant qu’organisation représentative des professionnels du recrutement, Syntec conseil en recrutement est particulièrement vigilant à l’application des règles fondamentales de non discrimination et de respect de l’individu. Notre engagement vis-à-vis du Défenseur des Droits remonte ainsi à 2007. Il s’est doublé, récemment, d’un travail de fond en partenariat avec des représentants des DRH et des candidats pour donner naissance à la Charte du recrutement responsable », précise Jean-Paul Brette, président de Syntec conseil en recrutement.