Le Premier ministre vient d’annoncer l’assouplissement du seuil permettant aux salariés en arrêt de travail pour maladie ou maternité de bénéficier des indemnités journalières. Aujourd’hui fixé à 200 heures de travail au cours d’un trimestre, ce seuil sera abaissé à 150 heures.

C’est d’abord une mesure de justice, pour les salariés qui subissent la précarité de l’emploi et le temps partiel, en particulier les jeunes et les femmes. C’est aussi une mesure de cohérence à la suite de la dernière réforme des retraites, qui prévoit un abaissement similaire du seuil de validation d’un trimestre pour la retraite, de 200 à 150 heures de travail au Smic.

La CFDT, qui a porté cette double demande, se félicite de l’ouverture de droits nouveaux en matière de santé et de droits à la retraite pour les salariés les plus précaires.