L’UPA souscrit au cap fixé par le Président de la République lors de ses voeux aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi.

Les entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité qui sont structurellement créatrices d’emploi, participeront à cette bataille pour l’emploi dès lors que l’allègement du coût du travail et de la fiscalité des entreprises, ainsi que la simplification et la stabilisation de l’environnement juridique et réglementaire des entreprises deviendront effectifs.

Cet horizon ne pourra être atteint que si on agit vite et fortement. Le tissu des entreprises de proximité est aujourd’hui fragilisé par le poids des prélèvements et la faiblesse de l’activité économique. Seule une baisse du niveau global de leurs prélèvements dès les prochains mois permettra de rétablir un climat de confiance et à terme de relever le défi de l’emploi.

Parmi les pistes ouvertes par le Président de la République pour baisser les charges des entreprises, l’UPA est favorable à l’abandon du Crédit d’impôt compétitivité emploi -CICE- au profit de la suppression des cotisations d’allocations familiales, mesure qui aura un impact plus immédiat et plus efficient sur les entreprises de proximité.

Concernant les contreparties qui seront demandées aux entreprises, l’UPA veillera à ce que ces contreparties soient simples et adaptées en fonction de la taille des entreprises et de la réalité économique. Ce d’autant que les entreprises de proximité remplissent déjà les critères mis en avant : recours aux contrats en alternance (apprentissage et contrat de professionnalisation), aux contrats de génération, et à la création d’emplois sur le territoire national.