• La direction de Renault et les organisations syndicales (CFE-CGC et CFDT) ont signé un accord en faveur de « la promotion de l’emploi des jeunes et des seniors et la solidarité entre les générations » pour une durée de 3 ans.
  • Dans cet accord, Renault prend des engagements chiffrés sur l’emploi et l’employabilité des jeunes : plus de 2 000 alternants par an, 800 contrats d’insertion sur 3 ans,30% des embauches en CDI réservées aux jeunes, 10% aux anciens alternants.
  • Pour organiser la transmission des savoirs, l’entreprise développera les formations internes (30% des formations seront désormais dispensées par les salariés seniors du Groupe) et proposera des mesures novatrices comme la mise en place d’un temps partiel « transmission des savoirs ».

 

Jeunes : plus de 2 000 alternants par an et 800 contrats d’insertion sur 3 ans

Malgré un contexte économique peu favorable depuis quelques années, Renault a toujours maintenu une politique jeunes très volontariste (en 2012, 3 500 jeunes ont été accueillis dans l’entreprise, dans le cadre d’une alternance, d’un stage, d’un VIE ou d’un CIFRE).

Dans le nouvel accord, l’entreprise va plus loin et prend des engagements chiffrés :

  • le taux d’alternants sera équivalent à 5% de l’effectif global (ce qui représente plus de 2 000 alternants par an) et Renault organisera, en partenariat avec les pouvoirs publics et les entreprises qui recrutent, des forums « premier emploi » dans chacun de ses pôles régionaux, pour aider ceux qui n’ont pas vocation à être embauchés dans leur recherche d’emploi. 
  • 30% des embauches en CDI d’ici 2016 seront réservées aux moins de 30 ans. 
  • 10% des embauches en CDI d’ici 2016 seront réservées aux anciens alternants ou stagiaires du Groupe. 
  • 800 jeunes sans qualification demandeurs d’emploi, détectés par les missions locales, seront accueillis sous la forme d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation pour une durée de 12 à 24 mois.

Enfin, afin de permettre à chaque jeune embauché de s’intégrer dans les meilleures conditions, un parcours de suivi personnalisé sera mis en place pendant les 6 premiers mois dans l’entreprise.

Seniors : priorité au maintien dans l’emploi, aux conditions de travail et à l’employabilité

Renault continuera ses efforts en matière d’emploi des seniors, de conditions de travail et de formation, au-delà des mesures déjà prévues par les accords précédents (comme le bilan d’étape professionnelle pour les plus de 45 ans ou la dispense d’activité pour les plus de 58 ans).

Renault maintiendra un taux de 14% de salariés de plus de 55 ans d’ici le 31 décembre 2016 et réservera 2% des embauches en CDI aux personnes de 50 ans et plus.

Les agents de production de plus de 55 ans qui travaillent en horaires de nuit pourront, à leur demande et sous réserve d’un poste disponible, être affectés prioritairement sur un horaire de jour. Ils auront également la possibilité de demander une analyse de l’adaptation de leur poste au regard de leur aptitude et si besoin, d’être mutés sur un autre poste.

Enfin, Renault poursuivra ses efforts en matière de formation continue, sans discrimination d’âge. En 2012, 70% des plus de 45 ans ont bénéficié d’une formation.

 

Solidarité entre générations : mise en place d’un temps partiel dédié à la transmission des savoirs

L’accord valorise les échanges intergénérationnels et propose des mesures pour assurer la transmission des savoirs et des compétences clés pour l’entreprise, comme électromécanicien ou ajusteur outilleur. Ainsi :

  • Les jeunes bénéficieront d’un accompagnement personnalisé systématique par un tuteur, un maitre d’apprentissage ou un référent. 
  • Renault développera les formations internes : 30% des formations seront désormais dispensées par les salariés seniors du Groupe. Pour devenir formateurs-relais, ces derniers pourront bénéficier d’une formation ad-hoc. 
  • 3 mois avant leur départ en retraite ou en dispense d’activité, les salariés pourront profiter d’un temps partiel « transmission des savoirs », qui leur permettra, à la fois, de réaliser une transition progressive vers la cessation d’activité et de transmettre leurs savoirs et compétences. L’entreprise compensera à hauteur de 20% la part de salaire perdu.