La direction de la RATP et l’ensemble des organisations syndicales représentatives (CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, SUD, UNSA)
ont signé un accord mettant en place un Contrat de génération.
Cet engagement marque la volonté de la RATP de favoriser l’emploi des jeunes et des seniors. Conformément à la loi du 1er mars 2013 portant création du contrat de génération, l’accord répond au triple objectif de favoriser :
– le recrutement en CDI et l’insertion professionnelle des jeunes au sein de l’entreprise (jeunes moins de 26 ans), grâce notamment à la formation en alternance
– le recrutement et le maintien dans l’emploi des salariés seniors (salariés de 50 ans et plus)
– la transmission des savoirs et des compétences entre générations
Cet accord, d’une durée de 2 ans, permet à la RATP de définir un cadre unique pour les différentes politiques d’emploi concernant les jeunes et les seniors, qu’il s’agisse de
recrutements par la voie directe ou des dispositifs d’insertion (contrats de professionnalisation, emplois d’avenir, CAE, …). Il se substitue donc aux dispositifs antérieurs applicables dans l’entreprise.
Ainsi, la RATP s’engage à ce que le recrutement des moins de 26 ans sous statut représente :
– au minimum 40% des recrutements à durée indéterminée
– entre 10 et 15% des recrutements globaux de l’entreprise via les dispositifs d’insertion et d’alternance.
Dans ce cadre, la RATP maintient son engagement en faveur des contrats de professionnalisation, tout en développant les emplois d’avenir (400 contrats signés sur la
période 2013/2015). Ces dispositifs sont déployés dans une logique de pré recrutement, en s’appuyant sur la valorisation accrue du tutorat et la mise en œuvre de mesures d’accueil, de soutien et de formation au bénéfice des nouveaux entrants.
En ce qui concerne les seniors, la RATP s’engage :
–  à maintenir l’emploi des seniors (50 ans et plus) : la proportion des salariés de 50 ans et plus en poste restera supérieure à 15% pendant la durée de l’accord
–  à recruter des seniors à hauteur d’au moins 1,2% des recrutements statutaires/CDI
 
à faire bénéficier chaque salarié, dans l’année qui suit ses 45 ans, d’un entretien de
deuxième partie de carrière, à l’occasion de son entretien d’appréciation et de
progrès (EAP), puis tous les 5 ans pour le salarié senior qui le souhaite
à garantir l’accès des salariés seniors à la formation, sur les bases définies par
l’entreprise dans l’accord sur la formation professionnelle signée en janvier 2013
– à développer des mesures complémentaires touchant aux parcours professionnels, à la mobilité, à la meilleure prise en compte des fins de carrière (au regard notamment
de la pénibilité), au télétravail ou au temps partiel bonifié.
Le Contrat de génération se prolongera par une nouvelle série de discussions, voire de négociations, dans le cadre de l’agenda social que la RATP partagera avec les partenaires

sociaux début 2014