par Macia Roca, Directeur de Business Unit au sein de « Des Systèmes & des Hommes » (S&H)

Les RH vont devoir affronter de nombreux enjeux au cours des prochains mois : big data et traitement des données, obligations en matière de responsabilité sociale, attraction, rétention et développement des talents… En la matière, la business intelligence (BI) peut se révéler être un précieux allié.

Le phénomène du big data est définitivement entré dans les entreprises. Pas moins de 44 % des décideurs interrogés en 2012 par Markess international* indiquent ainsi que l’exploitation des données représente leur principal enjeu pour la gestion de l’information. A titre d’exemple, dans le domaine du recrutement, l’émergence des sites emploi et des CVthèques au début des années 2000 a considérablement augmenté le nombre de CV disponibles sur le marché. Sans parler de la possibilité d’envoyer des candidatures en masse par voie numérique. Une source d’informations extrêmement riche, à condition de pouvoir exploiter les données à disposition… 
L’arrivée des réseaux sociaux, quelques années après les sites emploi, complexifie encore un peu plus la donne. Conversations informelles, partage d’informations et d’articles, interventions professionnelles sur des groupes de discussion, recommandations de pairs sont autant d’informations disponibles pour choisir ses futurs talents. Disponibles, mais encore complexes à exploiter.
C’est là qu’intervient la business intelligence (BI). Sa promesse ? Croiser ces données et les faire parler, leur donner du sens, offrir des tableaux de bords avec des informations pertinentes, triées, classées, pour faire se rencontrer l’offre et la demande. Autrement dit : proposer un matching de qualité.