TRANSPORT ET LOGISTIQUE : PLUS D’EMPLOIS, MAIS UN CONTEXTE TOUJOURS DIFFICILE

 

Paris, le 16 décembre 2014 – L’emploi dans le secteur des transports a connu une légère progression en 2013 grâce au dynamisme du transport de personnes et de la logistique, comme le révèle le Rapport annuel 2014 de l’Observatoire Prospectif des métiers et qualifications dans les Transports et la Logistique (OPTL). Une note positive qui ne doit cependant pas faire oublier la situation plus difficile du transport routier de marchandises.

 

Une situation contrastée, comme l’an passé

 

Le transport de personnes et la logistique, des atouts indéniables pour le dynamisme de l’emploi

Le secteur des transports routiers et activités auxiliaires du transport compte désormais
654 730 salariés, soit une progression de 0,2%, après -0,4% en 2012. Plus de 2 700 emplois ont été créés en 2013 dans le transport routier de voyageurs, au moins 1 000 dans le transport sanitaire et 600 chez les prestataires logistiques, tandis que le transport routier de marchandises,
le déménagement, la location et les activités auxiliaires perdaient près de 2 800 emplois[1].

 

Moins d’entreprises dans le secteur

Le nombre d’établissements employant des salariés s’est contracté de 0,9% en 2013.

La morosité économique a conduit simultanément à une diminution des créations d’établissements (-11% en 2013) et à une augmentation des défaillances d’entreprises (+3%). Ces défaillances se sont entre autres traduites par un doublement du nombre de salariés des établissements sous le coup d’un redressement judiciaire.

 

Des recrutements, mais peu de créations d’emplois

 

La logistique recrute

Les recrutements ont été soutenus par la dynamique du marché de l’emploi des prestataires logistiques : les recrutements progressent ainsi de 4% en 2013 au niveau de l’ensemble des établissements du secteur, mais régressent de 5% sur le périmètre à l’exception des prestataires logistiques. Les recrutements ont, en particulier, baissé dans le transport routier de marchandises
(-10 %), le transport sanitaire (-7 %) et la location (-3 %).

 

 

Hausse des départs en fin de carrière

Les départs en fin de carrière, constitués de la somme des départs en retraite et des CFA[2], ont été multipliés par 1,4 en 2013. Ce bond est notamment imputable aux reports des départs différés suite à la loi du 9 novembre 2010 portant sur la réforme des retraites et sur les nouvelles dispositions relatives au CFA. Ainsi, le nombre de nouveaux bénéficiaires du CFA a été multiplié par 1,8 pour les Marchandises et par 1,6 pour les Voyageurs en 2013.

 

Les départs en fin de carrière constituent le seul motif de départ orienté à la hausse en 2013. Le volume des démissions qui explique 27% des départs (et jusqu’à 39% dans le transport sanitaire), s’est notamment réduit de 9%, l’environnement étant peu propice à la mobilité des salariés.

 

Un marché de l’emploi peu favorable aux jeunes

En 2013, les embauches de jeunes de moins de 30 ans ont régressé de 16%, tandis que les recrutements de personnes d’au moins 50 ans ont été 1,3 fois plus nombreux qu’en 2012.

 

La famille professionnelle Exploitation Transport a été la plus réceptive aux candidatures de jeunes : 55% des personnes recrutées en 2013 dans cette famille professionnelle ont moins de 30 ans.

 

Les postes en Conduite se caractérisent, avec ceux en Direction, par une proportion relativement faible de jeunes recrues. « Il est vrai que l’accès aux métiers de conducteurs professionnels comporte des conditions d’âge minimum pour les personnes non titulaires d’un diplôme ou d’un titre professionnel de conduite (21 ans dans le transport de marchandises et 24 ans dans le transport de voyageurs), ce qui explique que les jeunes ne représentent que 4% des embauches à ces postes. »

 

Des seniors plus nombreux

29% des salariés du secteur ont 50 ans ou plus en 2013, contre un salarié sur cinq en 2003. Inversement, 35% ont moins de 40 ans, contre près de 50% il y a dix ans. En particulier, la moitié des effectifs de conducteurs a 40 ans et plus dans le transport sanitaire, 45 ans et plus dans l’activité Marchandises, et 49 ans et plus dans le transport routier de voyageurs.

Au-delà du vieillissement de la population, l’augmentation de la part des seniors dans l’emploi s’explique par l’évolution du cadre législatif des départs en retraite.

 

L’emploi féminin a le vent en poupe

 

Plus de femmes dans les métiers du transport et de la logistique

Le secteur compte 5 890 femmes de plus en 2013. Un poste sur cinq est occupé par une femme.
Les 128 800 salariées du secteur exercent principalement dans le transport routier de personnes, le transport routier de voyageurs et le transport sanitaire.

 

Mais encore peu de conductrices dans le transport routier de marchandises

45 480 femmes occupent un poste de conduite, soit un peu plus de 10% de l’ensemble des effectifs de conducteurs. Mais seules 17% d’entre elles sont à la conduite de véhicules de transport routier de marchandises. On dénombre en revanche 20 180 conductrices dans le transport routier de voyageurs et 17 400 dans le transport sanitaire (qui offre la plus grande mixité).

 

Des emplois stables

 

Des emplois à temps complet…

Dans le transport et la logistique, neuf salariés sur dix sont à temps complet, contre 82% dans le reste de l’économie.

Par ailleurs, alors que seulement 69% de l’ensemble des salariées femmes de l’économie sont à temps complet, elles sont 78% dans cette situation dans les établissements du secteur.

 

… et en CDI

Plus de la moitié des offres d’emploi déposées auprès de Pôle emploi en 2013 par les entreprises du secteur sont en CDI, contre moins d’un tiers pour le reste de l’économie.

 

Des entreprises responsables

En outre, les emplois du transport et de la logistique sont ouverts aux personnes en situation de handicap qui représentent près de 20 000 collaborateurs du secteur.

 

Des postulants aux métiers du transport et de la logistique de plus en plus nombreux… La formation professionnelle domine

En 2013, les titres professionnels délivrés en transport et logistique ont progressé plus vite que les diplômes d’Etat obtenus par la voie scolaire ou l’alternance, soit respectivement +17% et +4%.

Le nombre de diplômes délivrés est ainsi de 18% inférieur à celui des titres professionnels.

En matière de conduite routière, ce sont même deux fois plus de personnes formées par les titres professionnels que par les diplômes d’Etat.

 

Les formations les plus attractives

On observe en 2013 la progression du nombre de personnes certifiées, en particulier dans les domaines suivants :

  • la conduite de véhicules légers de transport de marchandises : +10% de CAP « Conducteurs livreurs marchandises » délivrés et +53% de titres professionnels (TP) « Conducteur (trice) livreur(se) sur VUL » délivrés ;
  • les métiers de la manutention et du magasinage : +27% de personnes certifiées TP « Préparateur(trice) de commandes en entrepôt » et +5% de diplômés en CAP « Agent d’entreposage et de messagerie ».

 

90% des titres professionnels préparant aux métiers de la conduite routière ont été délivrés par l’AFTRAL, Promotrans, l’AFPA et les organismes de formation soutenus par l’AFT (Association pour le développement de la Formation professionnelle dans les Transports).

 

… mais des dispositifs de recrutement par la formation moins utilisés

 

La diminution des recrutements de jeunes a eu pour corollaire une réduction de l’utilisation des dispositifs de recrutement par la formation : le nombre d’apprentis en contrat dans des entreprises de transport a ainsi baissé de 9% en 2013. Le nombre de personnes en contrat de professionnalisation s’est également replié de 13%.

D’autres dispositifs de financement de la formation ont pu leur être préférés, comme les POE[3]. L’OPCA-TRANSPORTS a ainsi financé 1,5 fois plus de POE individuelles et 1,2 fois plus de POE collectives.

 

Néanmoins, l’accroissement des POE en 2013 n’a pas compensé la diminution du recours aux contrats de professionnalisation et aux contrats d’apprentissage.

 

A noter qu’une enquête réalisée début 2014 par l’OPCA-TRANSPORTS auprès notamment des bénéficiaires de POE individuelles montre que 92% d’entre eux sont en poste six mois après la fin de leur formation et en CDI dans 75% des cas.

 

[1] NB. Du fait d’un changement méthodologique lié à la statistique ACOSS, les statistiques publiées dans la présente édition du rapport OPTL ne doivent pas être comparées avec celles des éditions antérieures : des mises en série ont été reconstruites sur la base des statistiques ACOSS mises à jour.

[2] Le Congé de Fin d’Activité (CFA) est un dispositif de cessation d’activité qui permet le départ anticipé avant l’âge légal de départ en retraite des conducteurs routiers sous certaines conditions d’âge et d’ancienneté, en contrepartie d’une embauche en remplacement.

[3] Préparations Opérationnelles à l’Emploi (POE) : ce dispositif, en faveur de la réinsertion professionnelle des demandeurs d’emploi, ouvre droit au versement d’une rémunération pendant la formation par Pôle emploi ou au titre de l’Assurance chômage.