Baromètre Cegos « Climat social » – 16ème édition

Cegos, leader international de la formation professionnelle et continue, a souhaité savoir comment les salariés jugeaient le Pacte de responsabilité et quelles pistes de réformes leur semblaient appropriées pour relancer la compétitivité et l’emploi.

Ces données exclusives sont extraites de la 16ème édition du Baromètre Cegos « Climat social dans l’entreprise », dont les résultats complets seront dévoilés le 20 novembre prochain. 1135 salariés ont été interrogés en septembre et octobre dernier dans le cadre de cette enquête.

Un rejet massif et unanime du Pacte de responsabilité et de solidarité…

Seuls 18 % des salariés sont convaincus que le Pacte de responsabilité et de solidarité aura un impact positif sur la compétitivité de la France à l’horizon 2017.

Massif, le rejet est également unanime, quels que soient le secteur d’activité, la taille de l’entreprise ou la fonction du salarié interrogé. A titre d’exemple, on note 83 % de « Pas d’accord » chez les Directeurs comme chez les ouvriers et les employés.

Le seul écart significatif apparaît parmi les managers intermédiaires (représentant 36 % de l’échantillon total) : 90 % des managers âgés de 30 à 39 ans ne sont « pas d’accord » avec la proposition contre 68 % chez les managers âgés de plus de 50 ans.

Si les salariés ne sont pas convaincus par l’efficacité attendue du Pacte de responsabilité et de solidarité, ils sont toutefois très nombreux à croire à des pistes de réforme liées à une politique de l’offre pour redresser la compétitivité de l’économie française et favoriser l’emploi dans notre pays.

Ainsi, les trois idées de réforme les plus souvent citées sont :

  • l’allègement de la fiscalité des entreprises (72 % de citations),

  • la simplification du Code du Travail (69 %),

  • la baisse massive du coût du travail (52 %).

Notons que le gel des salaires pendant une période donnée est l’item le moins cité (4 % au global), avec un rejet unanime, tous secteurs, tailles et fonctions compris.

C’est du côté des salariés n’exerçant aucune fonction de management (47 % de l’échantillon) que des écarts intéressants sont à relever :

  • l’allègement de la fiscalité des entreprises recueille 76 % de citations chez les 30-50 ans, contre 61 % chez les 50 ans et plus.

  • la fin des 35 heures et le retour aux 39 heures est citée par 27 % des 50 ans et plus, contre 44 % des moins de 30 ans.

Enfin, c’est dans le secteur de la construction et du BTP que la fin des 35 heures et le retour aux 39h recueillent le plus de citations (41 %).

Au final, un « simple » déficit de pédagogie ?

Le Pacte de responsabilité et de solidarité est rejeté par les salariés interrogés. Mais ceux-ci estiment que, pour relancer la compétitivité et l’emploi en France, ce sont plutôt des réformes tournées vers la politique de l’offre qui sont aujourd’hui indispensables.
Or, c’est justement le cœur du Pacte de responsabilité et de solidarité !

Les salariés semblent donc prêts à adhérer à la politique de l’offre portée par le gouvernement… si tant est qu’on leur exprime clairement et simplement le sens des réformes impulsées…