Deux tiers des sondés se disent prêts à suivre une formation en e-learning. Mais  lorsqu’on leur demande sous quelle modalité ils souhaiteraient suivre leur prochaine formation, ils sont seulement 5, 3% à choisir cette option. « Le e-learning est une réponse qui repose sur des contraintes (temps, coûts) mais pas forcément sur des besoins. Il ne faut pas confondre facilité d’accès et facilité d’apprentissage quand on parle d’e-learning » prévient Denis Reymond. La motivation est difficile à trouver et cela se ressent sur le taux d’abandon qui est beaucoup plus important comparé à une formation suivie en présentiel.