En partenariat avec l’Institut CSA et Deloitte, Financi’Elles a lancé en juin 2014 la deuxième Consultation sur le thème « Confiance et Mixité » auprès des cadres du secteur de la banque et de l’assurance. Menée auprès de 92 000 cadres de 11 entreprises de l’industrie financière, cette consultation vise à évaluer  la perception par les cadres des conditions de la mixité et leur confiance dans les dispositifs mis en place par les entreprises.

La nouveauté a consisté cette fois à choisir une approche inclusive en interrogeant aussi les hommes pour qu’ils partagent leur vision de la mixité. 

Par rapport à l’édition 2011, les résultats démontrent des avancées notables, notamment sur la confiance des femmes et des hommes de ce secteur dans la capacité des entreprises à confier des postes à responsabilité aux femmes. L’engagement des dirigeants en faveur de la mixité est clairement reconnu par les cadres et surtout, il est perçu par tous comme bénéfique aux salariés mais aussi à l’entreprise tout entière. Le sujet de la mixité s’est déplacé : il ne s’agit plus seulement de la position des femmes mais d’un sujet d’intérêt général. La mixité est désormais vue comme un élément permettant d’augmenter la performance de l’entreprise.

L’enquête a également permis de mettre en lumière que les hommes et les femmes ont des problématiques communes autour de la gestion des carrières, du pilotage des trajectoires, de l’accès aux postes de responsabilité ou encore de l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

 

·         Des problématiques communes

Les hommes comme les femmes sont de plus en plus confrontés à de nouveaux enjeux de carrières.  Surmonter ces enjeux reste néanmoins perçu comme plus difficile par les femmes. L’entrée dans les cercles d’influence et les instances de décision est vécue comme plus difficile par 71% des femmes concernées contre 37% pour les hommes. Le niveau de confiance des femmes dans leur avenir professionnel est stable (44%) et reste  inférieur à celui des hommes (57%).

 

·         Une hausse de la confiance dans la capacité des entreprises à promouvoir des femmes

Ce niveau de confiance est en forte augmentation par rapport à l’enquête de de 2011 : 57% des femmes font confiance à leur entreprise pour les promouvoir à des postes de responsabilité. Cela représente une hausse de 10 points par rapport à l’enquête de 2011. Les hommes sont encore plus nombreux (83%, soit une hausse de 6 points) à penser que les entreprises œuvrent en faveur de la promotion des femmes.

Sur le terrain, la situation est un peu différente : concrètement, la situation des femmes cadres est perçue comme s’étant améliorée, mais l’écart de perception entre les hommes et les femmes reste significatif (66% des hommes ont ce sentiment contre 37% des femmes). Cet écart entre la hausse de la confiance globale et la perception de l’égalité de traitement dans les faits a sans doute une explication : la problématique de la mixité a été mise en lumière ces dernières années grâce au travail des Ressources Humaines et des réseaux qui ont permis aux Directions générales de s’approprier ce thème.  Cet engagement a été perçu et apprécié mais il ne se traduit pas encore dans les faits.

 

·         La conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle : un enjeu pour les hommes comme pour les femmes

L’étude met en lumière un phénomène important : les trois quarts des répondants déclarent que leur couple mène des doubles carrières (carrière de la femme et celle de l’homme aussi importantes). De ce fait, l’équilibre vie personnelle – vie professionnelle est perçu comme un enjeu encore plus important et impactant fortement la confiance. Les outils qui ont été mis en place pour favoriser la flexibilité et le télétravail ont été vus comme une aide dans un premier temps, mais les cadres masculins et féminins considèrent aujourd’hui que la culture de l’entreprise et l’organisation du travail sont des facteurs beaucoup plus importants.

 

·         Des attentes concrètes

Hommes et femmes s’accordent sur la nécessité de proposer désormais des éléments tangibles et un cadre contraignant pour favoriser la mixité. Parmi les mesures qui recueillent le plus grand nombre de suffrages, la mise en place d’accords sur l’égalité professionnelle et  l’instauration de quotas dans les instances de direction sont les propositions les plus largement plébiscitées. Les cadres se déclarent également en faveur du développement de réseaux mixtes réunissant hommes et femmes. Les cadres interrogés souhaitent une plus grande visibilité sur les indicateurs de mixité, particulièrement sur les tranches salariales et les promotions. Si les réseaux de femmes ont permis de faire émerger des problématiques essentielles, les cadres du secteur de la finance souhaitent désormais une plus grande inclusion avec des réseaux mixtes et des actions ouvertes à tous.

 

 

Pour cette deuxième édition, l’enquête a été menée auprès de 11 entreprises ou groupes partenaires du secteur : Groupe Axa, Groupe BPCE, Groupe Crédit Agricole SA, Groupe Caisse des Dépôts, Groupe Société Générale, HSBC, ING, Malakoff Médéric, Eurazéo, GE Capital et Humanis. L’enquête a été déployée avec le soutien des Directions générales et des directions des Ressources Humaines des entreprises.

 

Contacts

Laurence Ville            l.ville@wanadoo.fr

Anne Robert               anne.robert@ca-cib.com

 

 

A propos de Financi’Elles

Financi’Elles est la Fédération des réseaux de femmes cadres du secteur de la banque, de la finance et de l’assurance. Créée en 2010, elle regroupe les réseaux de douze entreprises. L’objectif de Financi’Elles est de contribuer à accélérer l’agenda de la mixité et d’améliorer l’accès des femmes aux sommets des organisations du secteur de la finance.

Web site www.financielles.com

A propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.

Deloitte fournit des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du consulting et du financial advisory à ses clients des secteurs public et privé, quel que soit leur domaine d’activité. Fort d’un réseau de firmes membres dans plus de 150 pays, Deloitte allie des compétences de niveau international à un service de grande qualité afin d’aider ses clients à répondre à leurs enjeux les plus complexes. Nos 210 000 professionnels sont animés par un même objectif, faire de Deloitte la référence en matière d’excellence de service. En France, Deloitte mobilise un ensemble de compétences diversifiées pour répondre aux enjeux de ses clients, de toutes tailles et de tous secteurs – des grandes entreprises multinationales aux microentreprises locales, en passant par les entreprises moyennes. Fort de l’expertise de ses 9 000 collaborateurs et associés, Deloitte en France est un acteur de référence en audit et risk services, consulting, financial advisory, juridique & fiscal et expertise comptable, dans le cadre d’une offre pluridisciplinaire et de principes d’action en phase avec les exigences de notre environnement.

© 2014 Deloitte SAS

 

A propos de CSA, Institut d’études et de conseil

Spécialiste des études de marché et d’opinion, CSA accompagne depuis près de 30 ans entreprises et institutions dans le pilotage de leurs choix stratégiques grâce à des solutions d’études sur-mesure et immédiatement opérationnelles. Institut d’études et de conseil, CSA est structuré autour de pôles d’expertise : Banque Finance Assurance,  Services Mobilité Telecom,  Consumer, Santé, Media Publicité Nouvelles Technologies, Opinion Corporate, et d’activités transversales: Conseil, Planning stratégique Nouvelles Tendances et Quali.  L’Institut CSA maîtrise toute la chaîne de production, garantissant ainsi l’efficacité des études au service de la décision. Filiale du Groupe Bolloré, CSA est dirigé par Bernard Sananès, Président depuis décembre 2010. 

Pour en savoir plus : www.csa.eu / suivez nous sur Twitter : @InstitutCSA