Alors que le marché de l’emploi reste complexe et incertain, la région Rhône-Alpes se distingue, encore une fois, par son dynamisme, notamment grâce à un bassin économique divers où PME innovantes et grandes entreprises se côtoient. Walters People a constaté une stabilité des besoins en recrutement sur cette région en 2014. Portés par le dynamisme de la région, les secteurs  de la finance d’entreprise, du business support et de la banque ont plutôt bien résisté au marasme économique ambiant. Les profils recherchés sont toujours plus spécialisés et en phase avec les évolutions structurelles de chacun de ces secteurs.

Une spécialisation IT de plus en plus recherchée en finance d’entreprise

Profil très recherché le comptable se doit d’être de plus en plus 2.0.  Pour mener à bien leurs missions, les candidats devront se distinguer par de bonnes connaissances IT et être spécialistes d’un ERP (SAP, ORACLE, CEGID) dont le choix est déterminant pour leur carrière. En effet, ce dernier conditionne  leurs missions à venir et donc leurs prochains employeurs.

L’évolution organisationnelle des entreprises et la mise en place de CSP comptables (très représentés dans la région) ont elles aussi mené à une mutation profonde du métier de comptable. Elles ont conduit à l’ultra spécialisation et la dématérialisation, exigeant des qualités professionnelles différentes (capacité de travail sur du volume, grande rigueur, maîtrise du contexte multi sociétés…)

Adaptabilité et flexibilité : clés des fonctions business support

Ce secteur peut se segmenter en deux pans d’activités distincts. D’un coté les fonctions assistanat et ADV pour lesquelles l’intérim semble la solution idoine. En période de crise, les forces commerciales sont sans cesse renforcées mais bien souvent sans recrutement d’assistant(e)s. Le recours à l’intérim permet donc de palier aux pics d’activités lorsque les assistant(e)s déjà en place sont débordées.

De l’autre coté les métiers de la supply chain connaissent de profondes mutations et évoluent de plus en plus vers des missions de coordination. Traditionnellement séparés, les postes terrain et back office tendent aujourd’hui à se réunir, créant ainsi de nouveaux besoins. Les candidats devront combiner les qualités propres à ces deux environnements. Capacité de management, esprit de synthèse et d’analyse sont les sésames aujourd’hui nécessaires pour occuper de tels postes. Un candidat doté d’une forte capacité d’adaptation, d’un bac + 5 en ingénierie,  faisant preuve de qualité humaine, le tout allié à une forte technicité se verra proposer de nombreux postes.

Les métiers du secteur bancaire en pleine transformation

Le secteur bancaire est caractérisé par les stratégies souvent opposées des différents acteurs. Ainsi les métiers se voient évoluer profondément. Tandis que certains vont miser sur le tout numérique en supprimant les agences pour se développer en 2.0, d’autres vont au contraire jouer la carte de proximité et spécialiser leurs équipes par produit financier.

Il n’est donc pas étonnant d’observer la transformation du métier de conseiller vers celui de téléconseiller clientèle. Malgré une offre importante de postes, trop peu de candidats se présentent, souhaitant conserver le contact physique, caractéristique de la relation commerciale. Pour ces derniers, ils devront se spécialiser sur un produit financier (assurance, immobilier, banque courante) s’ils veulent s’adapter aux stratégies jouant la carte des agences physiques.

Tous ces changements combinés provoquent donc une pénurie des candidats correctement formés. Les profils recherchés ne sont plus issus de formations bancaires mais plutôt commerciales : on préfèrera un BTS Management des Unités Commerciales à un BTS banque à titre d’exemple.

Quelles perspectives pour le second semestre 2014 ?

Walters People est prudent quant aux perspectives d’emploi concernant l’année 2015 en Rhône Alpes. En effet, l’économie française reste dépendante des grandes entreprises car elles savent s’adapter aux fluctuations et influencent ainsi un marché de l’emploi encore incertain. Cependant, Antoine Sütterlin reste optimiste : « De nombreux postes restent vacants. Dans la région, on recherche beaucoup de comptables, de conseillers financiers à distance ou encore d’assistant(e)s. Nous notons également une reprise sur les métiers de la logistique. Ma seule certitude: alors qu’elle n’était pas indispensable, la maîtrise de la langue anglaise devient aujourd’hui nécessaire à toute candidature, et ce peu importe le poste ».