un SECTEUR DYNAMIQUE : +10% de croissance depuis dÉbut 2014 chez HUDSON !

D’après l’APEC, les entreprises du Transport et de la Logistique prévoient de diminuer cette année leurs embauches de cadres : moins de 3 400 cadres seraient ainsi recrutés en 2014. Or, chez Hudson, les missions de recrutement sur ce secteur gagnent du terrain et réalisent même 10% de croissance par rapport à 2013. Et 2015 pourrait même être encore meilleure en raison de nombreux départs en retraite.

ZOOM SUR LA FONCTION ACHAT

Après 3 années pendant lesquelles les embauches se sont faites plus rares, Hudson a enregistré une véritable reprise du marché en 2014, notamment sur 2 fonctions : les acheteurs techniques (famille ou projet) et les acheteurs hors-production (pour des services ou prestations intellectuelles).

Le dénominateur commun à la majorité de ces fonctions : la mobilité qui offre aux professionnels de ce secteur des évolutions à l’étranger, principalement en Europe. Autre donnée significative : sur les recrutements réalisés par Hudson depuis janvier 2014, 91% des candidats placés ont vu leur rémunération grimper de 15% en moyenne et jusqu’à 18% pour certains ! Une moyenne supérieure au marché qui permet à ces entreprises généreuses d’attirer les meilleurs. À noter qu’en majorité, les profils recherchés pour les achats techniques sont des ingénieurs ou des universitaires techniques, avec 3 à 5 ans d’expérience,  parlant anglais couramment – ce dernier critère étant désormais un prérequis.

TRANSPORT & LOGISTIQUE : DES OPPORTUNITÉS À POURVOIR !

Aujourd’hui, le secteur du Transport et de la Logistique compte près de 45 000 entreprises en France. Le dispatch des recrutements chez Hudson est représentatif des opportunités que notre équipe observe sur ce marché. Le secteur, selon nos estimations, rechercherait actuellement et au cours des prochains mois :

–       40% de cadres commerciaux (grands comptes, responsables des ventes…)

–       25% de managers opérationnels (directeurs de site, de BU, de filiale…)

–       25% de profils Supply Chain (approvisionnement, achat…)

–       et 10% de fonctions supports (RH, administratif, études/méthodes…).

55% de ces postes concernant le secteur du Transport et 45% celui de la Logistique.

Pour Séverine Coussot, Consultante senior chez Hudson, nul doute que le secteur reste porteur d’ici à fin 2014/ début 2015 car « Les fonctions commerciales sont moins touchées par la crise, surtout lorsqu’en dépit des chiffres de la croissance observés en France au 2ème trimestre 2015, beaucoup de nos interlocuteurs anticipent une reprise lente mais réelle du business fin 2014/2015.  En parallèle, il y a toujours des opportunités pour des profils de managers, notamment dans le cadre de remplacements de postes. Je vois également émerger de nouvelles ouvertures pour des profils plus recherchés actuellement comme les ingénieurs études/méthodes, connaissant le lean… ».

 

UN SECTEUR QUI SE PROFESSIONNALISE, S’INTERNATIONALISE ET SE FÉMINISE

Le secteur connaît, depuis quelques années, des évolutions marquantes avec l’apparition de nouvelles méthodes de travail, le déploiement de systèmes d’information de plus en plus pertinents et l’instauration de process qui, tous, nécessitent de nouveaux profils et de nouvelles compétences. « L’époque où l’on apprenait  par expérience est révolue » explique Séverine Coussot. « Aujourd’hui, les recruteurs recherchent des gens à la fois capables d’animer une équipe, d’agir en gestionnaires avisés (notamment dans la recherche constante de profitabilité) et d’assurer la gestion client de manière à garantir et développer les partenariats en cours et à venir ».

Les opportunités de carrières sur ces secteurs sont éclatées sur tout le territoire français avec une prédominance dans les régions Ile-de-France, Nord, Rhône-Alpes et PACA. Dans ce contexte, Hudson note, parfois, des difficultés pour attirer certains talents en régions, notamment dans des métropoles de taille moyenne. Il y a donc de beaux challenges à relever pour les candidats prêts à la mobilité régionale et… internationale. Le secteur propose en effet de plus en plus d’offres à l’étranger, notamment pour des postes dans les filiales locales de grands groupes (comme en Europe de l’Est ou en Asie du Sud-Est). Des opportunités à saisir pour booster une carrière !

À noter qu’en 2014, le secteur continue à se féminiser (+28% de femmes parmi les candidats placés par Hudson durant les 12 derniers mois sur ces fonctions) et reste ouvert à toutes les tranches d’âge, de 3 à 5 ans d’expérience jusqu’à plus de 30 ans.

 

LE PROFIL IDÉAL EN 2014 : 3 ans d’EXPÉRIENCE MINIMUM, ANGLAIS COURANT 

Avec l’internationalisation du secteur, les recruteurs exigent des candidats un anglais professionnel courant. A minima les profils doivent être dotés d’un bac+2/3 allant jusqu’à bac+5 (les programmes des Écoles ISLI / ESLI restant très appréciés des recruteurs). Avant la crise, le secteur intégrait beaucoup de jeunes diplômés, aujourd’hui le marché, devenu plus frileux, requiert un minimum de 3 à 4 ans d’expérience. « Pour les candidats qui souhaitent évoluer, il est important de préciser qu’il existe des passerelles entre la logistique ‘’prestataires’’  et la logistique ‘’industrielle’’. Chez Hudson, une part croissante (38%) des candidats que nous plaçons ne proviennent pas du secteur d’origine de l’entreprise » confie Séverine Coussot.

 

hudson RECRUTE À 80% PAR APPROCHE DIRECTE, en 4 À 5 semaines

Le secteur compte peu de cabinets de recrutement spécialisés justifiant d’un volume de missions significatif. Et alors que l’on note une tendance des entreprises à externaliser davantage leurs recrutements au fil des ans, la moyenne dans le secteur reste au-dessous de celle du marché global des cadres, notamment du fait de la pression plus forte exercée sur le contrôle des coûts. L’un des atouts de Hudson réside dans la spécialisation de ses équipes de consultants et chargés de recherche, à l’instar de Séverine Coussot qui exerce dans le secteur depuis une quinzaine d’années. Dans les short-list de candidats présentés par Hudson, 1 candidat sur 2 est issu du réseau du consultant spécialisé, résultant de précédentes « chasses de tête » et de la connaissance qu’il a de ce secteur.

L’expertise du consultant vient souvent rassurer le candidat qui hésite à sauter le pas, dans un climat économique encore incertain. Séverine Coussot a remarqué que les critères principaux motivant les candidats à accepter une offre sont principalement :

1. Le désir d’évoluer vers une autre fonction,

2. La notoriété de l’entreprise (réputation, image, perspectives d’évolution…),

3. L’augmentation de la rémunération.