À noter cependant que des disparités importantes persistent selon la taille de l’entreprise concernant :

  • La prise de conscience des actions menées.

Les salariés des grandes entreprises ont davantage conscience du nombre d’actions menées au sein de leur entreprise : 48 % des salariés de grandes entreprises (250 salariés et plus) pensent qu’un certain nombre d’actions sont menées, contre 33 % dans les entreprises de 50 à 249 salariés, et 24 % seulement dans les entreprises de moins de 50 salariés.

Ces différences s’expliquent par le fait que certains dispositifs comme le CHSCT, l’infirmerie ou la restauration collective, ne sont pas obligatoires dans les TPE-PME.

  • La question du stress au travail.

Paradoxalement, alors que les salariés des grandes entreprises se sentent mieux pris en charge en matière de santé, ils signalent également certains problèmes de manière plus fréquente, notamment le stress au travail (42 % des salariés de grandes entreprises contre seulement 26 % dans les entreprises de moins de 50 salariés) ou la pression managériale (34 % des salariés des grandes entreprises contre 19 % dans les entreprises de moins de 50 salariés). Les TPE-PME semblent compenser la difficulté à mettre en place des structures dédiées par une meilleure écoute et une meilleure attention au quotidien.

 

« Suite à la loi sur la sécurisation de l’emploi, la complémentaire santé sera généralisée à l’ensemble des entreprises au plus tard en 2016. En lançant l’observatoire Entreprise et Santé en 2014, nous pourrons suivre l’impact de cette généralisation sur l’évolution de la relation santé et travail », précise Jean-Yves Larour, directeur de la communication d’Harmonie Mutuelle.

La santé : un impact humain, organisationnel et économique sur l’entreprise

Pour l’ensemble des personnes interrogées, les actions de santé mises en place influent sur le cadre de travail et la performance économique de l’entreprise :

 

  • Sur le plan humain et organisationnel : 70 % des salariés, 78 % des dirigeants du privé et 75 % des managers du public jugent que les actions de santé en entreprise ont un impact important sur le climat de confiance. Ils sont par ailleurs respectivement 68 %, 76 % et 75 % à les juger importantes pour l’ambiance de travail.
  • Sur le plan économique et productif : 67 % des salariés, 74 % des dirigeants du privé et
    69 % des managers du public pensent que les actions de santé ont un impact important sur la « productivité ».
  • Sur l’attractivité de l’entreprise : 59 % des salariés, 71 % des dirigeants du privé et 66 % des managers du public voient dans les actions menées en matière de santé un facteur essentiel d’attachement à l’entreprise

1 Sondages réalisés en ligne du 11 au 18 avril 2014 auprès d’un échantillon de
1 003 salariés et du 11 au 16 avril 2014 auprès de 259 dirigeants d’entreprises
privées et 251 cadres managers du secteur public.