Pour Laurence Breton-Kueny, DRH de l’AFNOR, les facteurs de succès pour réussir une démarche en Santé & Mieux-Être sont multiples :

  1. Engagement de la haute direction

  2. Implication de tous les partenaires

  3. Démarche structurée et intégrée

  4. Objectifs du programme liés à ceux de l’entreprise

  5. Communications efficaces

  6. Évaluation du programme

  7. Budget suffisant

Outre l’engagement fort de la direction, un comité santé piloté par la DRH a été mis en place composé de tous les partenaires : la médecine du travail (médecin et infirmière) ; Des représentants des instances représentatives du personnel (2 membres du CHSCT, 2 membres du CE) ; Des personnels du groupe (2 managers de directions différentes) ; La Responsables des Ressources Humaines

S’inspirant de la norme québécoise, 4 sphères d’intervention ont été définies. Pour chacune, un dispositif structuré et bien intégré a été constitué : un ou plusieurs animateurs, un budget, des objectifs liés à ceux de l’entreprise, un plan de communication, une évaluation.

Exemple : dans le pilier  « Habitudes de vie », promotion de la semaine « fraich’attitude » touchant à l’alimentation ;

Dans le pilier « Equilibre vie privée /vie professionnelle » : La charge de travail, les horaires des réunions (tôt ou tard dans la journée), les déplacements professionnels, les temps de trajets domicile travail et le stress qu’ils peuvent engendrer sont autant de facteurs qui peuvent rendre difficile l’atteinte d’un équilibre entre sa vie professionnelle et de sa vie personnelle. L’objectif de ce chantier va être de proposer des actions pour concilier les besoins des salariés, leur faciliter la vie tout en respectant les exigences de l’entreprise.

L’évaluation du programme Santé et QVT : Un baromètre social tous les 2 ans ; Un bilan de la politique santé présenté tous les ans au CE et disponible sur l’intranet ; Des bilans de santé tous les 2 ans ; Une commission mutuelle ; Des tableaux de bord RH, avec turn over, formation, absentéisme, …..