Par Valérie Dorgueilh-Carreras1

S’il est bien un sujet complexe et d’une grande actualité, c’est celui du stress, d’autant qu’il nous concerne tous, individuellement et collectivement.

Mais qu’entend-on par stress ?

S’agit-il d’un élément constitutif de la personnalité, une caractéristique de l’environnement ? Y a-t-il des personnes stressées et d’autres non, des environnements stressants et d’autres non ? Aujourd’hui, tous s’accordent à dire que le stress est le résultat d’une “transaction”, d’une rencontre : celle d’un sujet et de son environnement. Il n’y a qu’à observer les réactions de deux personnes face à un même évènement « stressant » ou à observer une personne face à des évènements bien différents. Il devient alors assez manifeste que le stress n’est ni purement une composante personnelle, ni purement un attribut de l’environnement.

 

Du stress pour tous

Le stress n’est pas, comme l’on pourrait communément le penser, réservé aux personnes anxieuses. Nous en vivons tous ! L’anxiété peut certes être un élément constitutif de la personnalité (anxiété-trait) mais elle peut aussi être conjoncturelle et se manifester chez des personnes qu’on pourrait dire “sereines” (anxiété-état). S’il est vrai que les personnes anxieuses ont une plus grande propension à percevoir du risque ou de l’agression dans les situations, les personnes “sereines”, elles, sont également concernées par le stress.

 

Zen, restons zen” ?

La question ne se pose évidemment pas en ces termes-là. L’anxiété permet de capter les signaux faibles autour de soi, elle peut être source de mobilisation dans le traitement des situations. Être “serein” permet de spontanément s’engager dans les situations de manière positive. En revanche, il existe bien des zones de risques à être très anxieux ou au contraire très “serein”. Est-il préférable de ne jamais traverser une rue, ou de la traverser sans regarder ? Vaut-il mieux être inhibé dans ses actions ou ses décisions par excès d’anxiété ? Vaut-il mieux se mettre en risque ou exposer les autres à ces mêmes risques par excès de confiance ou déni ? Ce qui est déterminant, finalement, c’est le choix que chacun fera, consciemment ou inconsciemment, de stratégies qui permettront de faire baisser le niveau de tension (stratégies de coping). Nous avons tous à notre disposition une palette de stratégies différentes : évitement, expression émotionnelle, résolution de problèmes, recherche de relations et de contacts… et il n’y en pas, dans l’absolu, de bonnes ou de mauvaises. Certaines seront adaptées, d’autres pas, selon les situations rencontrées.

 

Une occasion de créer

L’enjeu dans un accompagnement autour du stress, qu’il soit individuel ou collectif, sera de dégager de nouvelles stratégies de coping. Vivre du stress crée des opportunités de créativité, d’élaboration de nouveaux possibles en ce qu’il appelle à trouver des alternatives à ses manières habituelles de procéder lorsqu’elles atteignent leurs limites en situation. Carl Gustav Jung a développé une typologie qui propose des matériaux d’une grande richesse, et d’autant plus lorsqu’ils sont, comme dans l’Inventaire Typologique Golden® édité aux ECPA, mis en perspective avec le modèle des Big Five et la Stabilité Emotionnelle (Tendu/Serein).

Identifier les facteurs et déclencheurs de stress au travers de son Type, repérer les manifestations et comportements sous stress grâce à la Dynamique des Fonctions, mettre des mots sur les stratégies que l’on met en place pour faire face (Coping), en développer de nouvelles lorsque les premières s’avèrent inefficientes… Ce sont tous ces aspects que le Golden® permet d’explorer. Un très beau programme de réflexion personnelle ou collective qui permet à un individu ou à une équipe de faire des choix plus éclairés, plus adaptés à sa propre dynamique.


1 Après une quinzaine d’années de management d’équipes et dix ans en tant que consultante RH, Valérie Dorgueilh-Carreras a aujourd’hui créé le cabinet « En toute hypothèse… ». Elle intervient, en tant qu’expert et formateur, auprès des ECPA. Avec sa consœur Reine-Marie Halbout, elle est co-auteure de différents ouvrages sur le Golden®.