Le 16 Mai dernier, la Banque Populaires des Alpes lançait le concours « Alp’In », un dispositif de  recrutement totalement inédit dans le secteur bancaire. Objectif : recruter 10 jeunes diplômés en CDI.

A l’heure où le secteur bancaire ne remporte plus la faveur de ces derniers dans leur recherche d’emploi, la banque régionale a opté pour une première phase de recrutement axée sur le « serious game » et le web. Le 24 juin dernier à Grenoble, les candidats ont vécu une « expérience » sur le site de la Bastille. 12 d’entre eux sont repartis avec un emploi en poche. Pour la Banque Populaire des Alpes, cette innovation et ce renouvellement de la marque employeur a permis, au delà de l’identification de 12 jeunes talents, un bénéfice à plusieurs niveaux. Explication.

« Si vous pensez que cela fait passer vos idées, vous pouvez très bien chanter. » cette phrase, qu’on entendrait plutôt sur un reality show musical télévisé, c’est Martine Lota, DRH de la Banque Populaire des Alpes, qui l’a lancée aux candidats venus de toute la France le 24 juin dernier pour la finale du concours « Alp’In ». Le site historique de la Bastille de Grenoble était pour l’occasion agencé comme le plateau du célèbre jeu de TF1, « The Voice ». Une ambiance très particulière a été créée pour favoriser l’expression des personnalités. Forteresse aménagée en salle de conférence, espace dédié au jeu de rôles, jusqu’aux fauteuils permettant aux membres du jury de se retourner, les équipes de la Banque ont créé une ambiance pour le moins inattendue pour une journée de recrutement.

Dès son lancement, le concours « Alp’In » a trouvé son public : pas moins de 3 000 000 vues sur la page « Alp’In » en moins d’un mois via les réseaux sociaux et internet, tandis que le site de recrutement affiche 20 000 visiteurs uniques sur la même période.

Suite aux deux premières étapes du recrutement, sur CV puis sur entretien vidéo, 35 candidats, sur 300 candidatures reçues, ont été retenus pour participer aux ultimes épreuves de sélection.  Le 24 juin, 2 épreuves les attendaient : 1 entretien individuel à l’aveugle et 1 exercice par groupe qui consistait à dresser l’ordre de priorité d’une liste d’objets à utiliser lors d’une mission sur la lune ! Une façon originale de provoquer l’expression des personnalités hors du cadre des connaissances financières pures.

Martine Lota explique : « Nous avons été au bout de notre démarche lors de la conception du dispositif. Il s’agissait avant tout de détecter des talents, des personnalités. Ce qui nous importait, c’était de voir le degré de créativité, d’écoute, de capacité à l’argumentation des candidats, mais aussi leur capacité à travailler en équipe et à s’adapter. Nous avons été positivement surpris de la qualité de ce qui est ressorti de ces sessions, et du coup, nous avons retenu 2 candidats supplémentaires, car leurs aptitudes pour travailler au sein de la Banque Populaire des Alpes étaient tout simplement évidentes. A travers l’aspect ludique des choses, les candidats se sont vraiment révélés. L’effet du stress était minoré par le jeu. Nous pouvions vraiment avoir pleinement accès à eux »

 

Nicolas Poughon, Directeur Communication, Marketing et Qualité de la Banque Populaire des Alpes complète : « Le concours Alp’In est le résultat d’une remise en question des codes liés à notre marque employeur. Il fallait rompre avec la communication traditionnelle du secteur et les préjugés liés aux banques pour attirer les jeunes diplômés. L’utilisation du web, des réseaux sociaux et le choix d’un dispositif ludique, dans un univers graphique décalé,  étaient selon nous les clés d’une communication efficace vers les jeunes. La journée du 24 juin nous a conforté dans cette idée.  Nous avons osé faire le pas vers eux, après avoir écouté et intégré leurs attentes et leurs aspirations. Nous nous en félicitons aujourd’hui, avec 12 nouveaux talents au sein de notre groupe.»

 

En interne, le concours Alp’In a également apporté un réel bénéfice. « Les collaborateurs, du siège et des agences, ont été les premiers ambassadeurs de ce recrutement. Nombreux, sans considération de fonction ou d’ancienneté, ont été sensibles à cette opération totalement consacrée aux jeunes. La question de l’emploi des jeunes diplômés concerne tout le monde ! D’autre part, ils ont également adhéré à l’esprit ludique, et le web a facilité la propagation de l’information vers leurs cercles familiaux ou amicaux. Pour la dernière journée, les jurys étaient composés de collaborateurs opérationnels. Le concours Alp’In est devenu une opération collaborative en quelque sorte, ce qui développe la fierté d’appartenance des salariés, permet de rappeler nos valeurs et nos engagements. » complète Martine Lota.

 

6 mois de formation personnalisée sont offerts aux nouvelles recrues. Ainsi, ils pourront découvrir, de l’intérieur, toute l’organisation de la Banque, toutes les facettes de leur futur métier et prendre leurs fonctions à responsabilité dans d’excellentes conditions. Un bilan sera effectué sur l’ensemble du dispositif, il permettra d’analyser l’opportunité de reconduire cette opération car la Banque Populaire des Alpes veut avant tout que la promesse « Vous avez du talent, nous vous offrons l’expérience » soit tenue.

 

Pour Nicolas Poughon « Entamer le dialogue avec la génération Y, c’est avant tout comprendre ses usages et ses codes. Le souci du détail est plus qu’essentiel si l’on veut rencontrer l’adhésion de ce public exigeant en matière de projet professionnel et d’image d’entreprise. Plus qu’un secteur d’activité ou une marque, c’est un environnement de travail, un terrain d’expression et d’épanouissement qu’ils recherchent. »