La crise réduit la prise de risque des travailleurs

En 2013, la tendance à la baisse du nombre de démissions s’est confirmée. En 2011, 8,82 % des travailleurs avaient quitté leur entreprise sur une base volontaire. En 2012, ce pourcentage était de 7,39 %, contre seulement 7,01 % en 2013. En revanche, la rotation involontaire (essentiellement constituée par les licenciements) s’accroît lentement mais sûrement, d’année en année, depuis 2011. Comparativement à 2012, on constate une augmentation, avec un pourcentage de 11,49 % en 2012 qui est passé à 12,25 % en 2013. C’est ce qui ressort d’une étude du prestataire de services RH Securex, qui analyse chaque année la rotation du personnel dans le secteur privé belge sur la base des données de son secrétariat social. Une étude précédente montre également que rares sont les travailleurs qui ont l’intention de quitter leur employeur dans un avenir proche. Toutefois, l’heure n’est pas à l’euphorie. L’évolution du stress excessif et l’absentéisme de longue durée constituent des menaces pour les travailleurs et les employeurs.

Lire plus