Par Speaking-agency & Meteojob

C’est prouvé, les français sont à la recherche d’un dynamisme économique ! En effet, plus de 80% d’entre eux seraient prêts à « tout plaquer » pour aller travailler à l’étranger. Quelles sont les raisons de cette envie de nouveauté et de changements ? Focus sur le ressenti des français.

Speaking-agency, le spécialiste de l’apprentissage des langues étrangères dès le plus jeune âge et Meteojob, premier site privé de recrutement en nombre d’offres d’emploi publient leur enquête « Quel serait le pays idéal pour travailler ? ».

Panels

Cette enquête a été menée du 1er au 18 avril 2014 sur un échantillon de 500 personnes en France et à l’étranger, âgées de 25 à 46 ans, tous niveaux de diplômes et toutes CSP confondues.

Les français avides de dynamisme économique !

Environ 1/3 des personnes interrogées ont d’ores-et-déjà travaillé à l’étranger (cette proportion s’élève à environ 50% pour les cadres) et plus de 80% d’entre elles sont prêtes à le refaire ! Les deux principales raisons à cette envie d’ailleurs sont les suivantes :

–        55% des répondants souhaitent bénéficier d’une meilleure qualité de vie

–        54% d’entre eux recherchent un dynamisme économique meilleur que celui de la France actuellement.

« Dans le contexte économique actuel, les français sont à la recherche de dynamisme, c’est-à-dire un état d’esprit positif : il faut les faire rêver ! » affirme Philippe Dejurie, co-fondateur de Meteojob.

A noter tout de même : le principal frein au départ est de trouver un job sur place pour 50% des répondants. En effet, lorsque l’on possède une situation (plus ou moins confortable) ou encore des enfants, partir à l’étranger est certes très tentant, mais cela doit être préparé en amont.

Quels sont les pays qui ont le plus la cote ?

Les pays outre-atlantique sont privilégiés par beaucoup de français ! En effet, 94% des français aimeraient aller travailler au Canada et 43% d’entre eux aux Etats-Unis. L’Allemagne et la Belgique arrivent en 3ème et 4ème position avec un peu plus de 20%. Il semble donc que les français cherchent avant tout à fuir un « défaitisme » et qu’ils veulent un « environnement positif ».

« Les pays outre-atlantique font beaucoup rêver, notamment les plus jeunes. Le « do it by yourself » est de plus en plus populaire en France et l’envie de réussir de plus en plus présente ! » analyse Antoine Gentil, co-fondateur de Speaking-agency.

Et les étrangers, que pensent-ils de la France ?

Sur le panel d’étrangers interrogés, 64% pensent que la culture française est ce qui rend la France attractive.

Pourtant, lorsque l’on  pose la question aux français « Et si vous étiez étranger, pourquoi venir travailler en France ? », aucune caractéristique ne se détache réellement.  En effet, 30% mettent en avant la culture, 30% la qualité de vie et 30% les meilleures conditions de travail. Ce qui ressort réellement, c’est que seulement 2.8% des français pensent que le dynamisme économique du pays est un atout pour venir travailler en France !

« Ce qui est intéressant ici, c’est que les français ne croient absolument pas au dynamisme économique de leur pays, et que les étrangers ne le mettent également pas en avant puisqu’ils privilégient la culture française. » précise Philippe Deljurie, co-fondateur de Meteojob.

« Constat alarmant, je ne sais pas, dans tous les cas ce dernier devrait être pris en compte afin d’améliorer la compétitivité de la France au niveau international ! » assure An toine Gentil, co-fondateur de Speaking-agency.

Et quels pays ne font pas rêver les français ?

Pour près de 40% des français, la Roumanie correspond au pays qui fait le moins rêver. Ce dernier est suivi de près par l’ensemble des pays d’Europe de l’Est et la Grèce. La principale raison évoquée : il n’y en a pas, c’est simplement un a priori négatif sur le pays en question.

« A la veille des élections européennes, c’est un signal fort : il faut renforcer le travail de pédagogie et de connaissance pour tous ! » affirme Philippe Deljurie, co-fondateur de Meteojob.

Globalement, ce qui ressort de cette enquête n’est pas très positif pour la France : c’est la population d’un pays qui rend ce dernier dynamique. Hors, si cette dernière n’est pas convaincue par les avantages de celui-ci, comment le redynamiser aux yeux de tous ?