Poursuite de la grève nationale des salariés IBM de « Technical Support Services » (Maintenance, planification, supports et opération) suite aux manœuvres de la direction pour casser le mouvement.

La division « Technical Support Services » (maintenance, planification, support et opération) d’IBM France est en grève nationale depuis le 24 juin et ne réalise plus ni interventions ni opérations en clientèle hors-horaire ainsi que les astreintes.

Devant le refus des salariés d’assurer les astreintes ce week-end, la direction a voulu casser le mouvement en faisant intervenir des salariés Belges, Roumains et Anglais.

En réponse, les salariés TSS, déterminés, se sont réunis ce lundi 30 juin 2014, en assemblée générale à l’appel de l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, UNSA) et ont voté à une écrasante majorité la poursuite du mouvement jusqu’au retour de la direction à la table de négociation.

Augmentation de salaires, révision des accords sur les astreintes, et amélioration des conditions de travail sont les principales revendications des salariés dans un environnement où deux plans sociaux successifs depuis 2013 ont supprimé plus de 1 100 emplois sur quelque 9.000 salariés français, dégradé fortement les conditions d’emploi et augmenté l’inquiétude des salariés.

Si elle devait perdurer, cette action entrainerait des impacts négatifs chez les clients d’IBM France.

Certains grands clients IBM ont déjà exprimé leur inquiétude devant l’incapacité actuelle d’IBM à les dépanner ou à opérer des actions de mises à jour en dehors des horaires d’ouverture.

Les salariés ont eux-mêmes organisé la mobilisation au sein de TSS dans toute la France. L’intersyndicale les assure de son soutien actif, et les accompagne dans leur mouvement.