Un expert en management, Thierry Nadisic, Professeur à l’Executive MBA de l’IESEG School of management s’interroge sur l’importance d’adapter son management à cette période de coupe du monde.

Pour Thierry Nadisic : « Vivre un tel moment intense est de nature à produire une « contagion émotionnelle » positive qui renforcera le sens du collectif. »

Foot, kif et management

Par Thierry Nadisic, Professeur à l’Executive MBA de l’IESEG School of management

Vous êtes manager. Vous faites votre maximum pour que votre équipe produise auprès de vos clients un service de qualité.  En quoi le match France-Allemagne de vendredi à 18h peut-il vous aider ? Les entreprises éclairées ont depuis longtemps compris que les résultats n’étaient durables qu’à condition de faire d’abord un investissement sincère dans les relations humaines. De nombreux managers font ainsi appel à des team-builders, coachs ou experts en « techniques d’inclusion » pour produire dans leurs équipes un lien social fort. C’est en effet le meilleur moteur connu de l’engagement qui sera à son tour facteur de prise d’initiative et de performance. Dans l’entreprise Botanic par exemple la politique de ressources humaines vise à ce que chaque salarié soit « bien » dans son job. Le match France-Allemagne vous donne l’opportunité de créer ces éléments favorables de façon simple. Comme le fait l’entreprise Pmu.fr, vous pouvez proposer à vos collaborateurs de regarder le match ensemble, sur grand écran et en partageant une collation. Vivre un tel moment intense est de nature à produire une « contagion émotionnelle » positive qui renforcera le sens du collectif. Vous devriez bénéficier pendant plusieurs semaines d’une qualité et d’une densité accrues des relations entre les salariés. Ils auront envie de se parler plus, s’ouvriront de choses qu’ils n’osent pas se dire d’habitude et coopéreront mieux. In fine c’est le client qui le ressentira. Comme toute technique relationnelle, notez tout de même que cela ne fonctionnera que si les salariés ressentent votre action comme altruiste. Il ne faut pas seulement que vous ayez envie qu’ils produisent plus et mieux. Il faut d’abord que vous « kiffiez » à l’idée de passer un bon moment avec eux.