Par Stéphane Rolot, Responsable de site, Ecole de la 2èmeChance et Christelle Cadoret-Marion, consultante psychologue, ECPA

Au-delà de la conception et de l’édition de solutions d’évaluation, les ECPA réalisent des actions de conseil dans le domaine des Ressources Humaines : analyse de poste, job profiler (définition du portrait du candidat idéal), formations spécifiques, analyses et études statistiques, évaluation des personnes dans le cadre de recrutement, de gestion de carrière, de mobilité, etc. Ces prestations sont réalisées exclusivement par des consultants psychologues RH expérimentés et se déroulent dans un respect profond et permanent de la déontologie.

Stéphane Rolot, responsable de site à l’Ecole de la 2ème Chance dans les Yvelines a fait appel aux ECPA pour l’évaluation de candidats pressentis au poste de formateur. Structure associative née en 2007 de la volonté d’une communauté d’agglomération (St Quentin en Yvelines et de différents acteurs de ce territoire) à laquelle s’est greffé ensuite d’autres territoires, l’Ecole de la 2ème Chance accueille des jeunes de 18 à 25 ans sans diplôme, ni qualification et sortis du système scolaire depuis au moins un an. Ils rentrent pour un parcours en alternance de dix mois et demi maximum. L’objectif est de construire avec eux l’accès à un premier métier choisi, et donc de réussir une insertion sociale et professionnelle durable. Au sein de la structure, ces jeunes travaillent sur des matières du socle de compétences clés (mathématiques, français, bureautique, culture générale) et sur l’émergence d’un projet professionnel.

“Un formateur de l’Ecole de la 2ème Chance, précise Stéphane Rolot, doit être en mesure de faire du face à face pédagogique sur une ou des matières du socle. Expert dans le domaine enseigné, le formateur connaît également les différents outils pédagogiques et méthodes pour transmettre son savoir dans les meilleures conditions possibles. Il maîtrise ainsi les techniques liées à la communication interpersonnelle mais aussi les outils bureautiques courants, en particulier pour la préparation des documents supports de l’intervention (présentations animées, jeux de rôles, vidéos, manuels de formation, etc.). Il est le garant d’une relation adulte/adulte, garant d’individualiser son travail au quotidien puisque tous les jeunes que nous accueillons ont un niveau différent. Outre ces interventions pédagogiques, différentes missions lui incombent. Il est référent d’un certain nombre de stagiaires qu’il va accompagner dans l’élaboration de leur projet professionnel. Il assure leur suivi en entreprise et, en cas de difficultés sociales, doit savoir les accompagner vers les structures adéquates.”

“Au regard de cette description du poste de formateur, les critères pertinents à évaluer sont de deux natures, explique Christelle Cadoret-Marion, consultante psychologue en charge de cette prestation : les compétences comportementales et l’attirance pour l’environnement proposé. Le choix d’utiliser SOSIE s’est donc naturellement imposé. Il permet non seulement de détecter les comportements en phase ou non avec le poste de formateur, mais aussi de voir si l’environnement proposé saura satisfaire aux aspirations du candidat (en termes de relations interpersonnelles, autonomie, prise de décision, etc.) et être source de motivation. Plus les compétences comportementales seront proches des attendus sur le poste, plus l’environnement sera satisfaisant en termes de motivation, meilleure sera la performance.

Pédagogue, le formateur doit savoir faire preuve de patience car certains concepts peuvent être complexes à appréhender pour un auditoire profane. Ses qualités d’écoute et ses capacités d’adaptation (“Sociabilité”, “Acceptation des autres”, “Intérêt pour les autres”) lui permettent de personnaliser la transmission des connaissances. Didactique et clair, il sait captiver l’attention de son auditoire (“Dominance”). Il peut échanger et identifier rapidement les difficultés de compréhension qui peuvent survenir (“Intérêt pour les autres”). Il est énergique (“Dynamisme”) car l’activité est souvent éprouvante et nécessite une excellente résistance physique et mentale (“Persévérance”). Rigoureux et organisé, il sait gérer son temps de parole et traite tous les éléments souhaités dans le temps imparti (“Organisation/Méthode”). Par ailleurs, son rôle d’accompagnateur en insertion sociale et professionnelle nécessite d’avoir une posture professionnelle, de savoir conserver une distance adaptée à l’égard des stagiaires accueillis dans l’association (“Dominance”, “Matérialisme ”, “Intérêt pour les autres”). Il doit veiller à l’émergence des projets professionnels en lien avec les problématiques sociales et les situations individuelles (“Circonspection”, “Curiosité d’esprit”, “Acceptation des autres”, “Matérialisme”). Enfin, il doit être capable de planifier son travail, de prioriser tout en s’adaptant aux imprévus, aux situations d’urgence et aux échecs (“Organisation/Méthode”, “Résistance au stress”, “Challenge personnel”).”

“Cette prestation, constate Stéphane Rolot, nous a apporté une vision objective de la personnalité des candidats pressentis au poste de formateur. Ceci permet de travailler avec eux sur les points à améliorer ou tout simplement de nous alerter sur un “point noir” que nous n’aurions pas décelé. De plus, connaître leur système motivationnel nous a permis de valider que ces nouveaux formateurs ne se substitueraient pas aux autres professionnels de l’accompagnement social, qu’ils sauraient garder une certaine distance avec les stagiaires et qu’ils s’attacheraient à la concrétisation et à la réussite de leur projet. Nous avons donc eu une réponse rapide, efficace, concrète et constructive pour la sélection et l’intégration de ces nouveaux formateurs”.