Édition 2014

Paris, le 19 juin 2014.

\USERS\TCOEFFE\APPDATA\LOCAL\TEMP\wzc846\02-200x150_BanniererCM.jpgÉternel stagiaire, futur directeur de la communication, jeune hyperconnecté qui n’arrête jamais de travailler… Les préjugés sur les community managers sont nombreux. RegionsJob, acteur référence de l’emploi et de la formation sur Internet, publie les résultats de sa quatrième enquête sur le community management. Les réponses de 760 professionnels en poste permettent de mieux définir ce métier. Voici les principaux enseignements de cette étude.

Le profil : une femme de 27 ans, en CDI, qui travaille en région

55% des CM sont des femmes, 53% travaillent en province, et 59% sont en CDI. L’âge médian du community manager est de 27 ans, 53% possèdent un Bac +5 et 57% ont suivi des études en communication. 21% des CM ont trouvé un emploi via les sites d’offres d’emploi, contre 11% sur les réseaux sociaux. La proportion de community managers recrutés via les réseaux sociaux reste faible.

La vie professionnelle : 54% travaillent chez l’annonceur, 22% en agence

Les community managers travaillent principalement en entreprise (54%). Ils sont 15% en agence digitale et 7% en agence globale. Ils dépendent le plus souvent du service communication (45%) et travaillent dans des secteurs économiques variés.

Le salaire : 26 830 euros brut annuel

Le salaire brut médian a augmenté de 7,3% en un an. Les community managers gagnent plus de 30 000 euros à Paris, et moins de 24 000 euros par an en région. Le secteur public est moins rémunérateur que les agences et les entreprises. On remarque une hausse du salaire avec l’âge et l’expérience.

Les objectifs du CM : notoriété de la marque, nouveaux clients et fidélisation

45% des community managers se disent décisionnaires : ils déterminent la stratégie de leur entreprise sur les médias sociaux. L’animation des réseaux sociaux et la rédaction de contenu sont les missions les plus importantes du CM au quotidien. Ses objectifs sont d’améliorer la notoriété de la marque, d’acquérir de nouveaux clients et de fidéliser les anciens.

Facebook et T

Facebook n’est pas sur le déclin : 92% des CM considèrent qu’il s’agit d’un réseau social important pour leur stratégie. Ils sont 86% à penser la même chose pour Twitter. Dans le même temps, Google+ peine à convaincre, tout comme les réseaux sociaux professionnels dont les CM s’occupent peu.

Twitter au cœur de la stratégie

Des freelances peu expérimentés

13% des community managers sont indépendants. 60% des CM freelances sont des femmes, et 65% travaillent en région. Ils sont moins bien payés que la moyenne, avec 22 800 euros brut annuel. Moins d’un freelance sur deux a déjà exercé le métier de CM chez l’annonceur ou en agence avant de lancer son activité, et seuls 17% des freelances ont travaillé plus de 2 ans en entreprise.

Téléchargez l’intégralité des résultats : http://fr.slideshare.net/captainjob/enquete-community-managers-2014