Le tabou tombe, et quelques entreprises, certes minoritaires, ont développé desapproches innovantes
Le stress au travail est un défi à la responsabilité sociale des entreprises. L’OrganisationMondiale de la Santé (OMS) reconnaît cette pathologie qui constitue désormais une épidémie
mondiale, source de préoccupation croissante y compris dans les pays en développement.En cause : les considérables modifications des modes de travail et des relations
professionnelles, l’utilisation de technologies sans cesse nouvelles de l’information et de la communication, des charges de travail mental accrues, entraînant une exacerbation du niveaudes facteurs de stress. De nombreuses enquêtes et statistiques confirment que les coûts liésau stress au travail sont élevées.
 
L’étude Vigeo porte sur le niveau d’attention et l’approche de 700 grandes entrepriseseuropéennes et nord-américaines à l’égard du stress professionnel. Elle :
– procède à une analyse comparée des engagements et des pratiques des entreprises enmatière de gestion du stress au travail et établit des classements de performance par
secteur d’activité, par pays d’origine et fait ressortir les entreprises les plus avancées.
– explore la corrélation entre la qualité du dialogue social et la prévention du stress
– questionne le lien entre la gestion du stress et la stratégie de gestion des risques RSE.
– explore les liens entre les engagements de responsabilité sociale des entreprises , leurs actions et les résultats obtenus en termes de taux d’absentéisme.
Cette étude révèle que :
– seule une minorité d’entreprises semble traiter efficacement du problème du stress au travail : 19% des entreprises ont affiché un engagement public en faveur de la
prévention du stress, et seules la moitié d’entre elles ont fait état d’actions concrètes, ces mesures de prévention restant elles-mêmes très limitées dans la plupart des cas,
– Le secteur automobile et les industries électriques et gazières apparaissent comme les plus avancés, intégrant explicitement la gestion du stress à leur politique de santé-
sécurité.
– Les entreprises les plus attentives à ce risque et les plus engagées à y faire face se situent en France, en Allemagne et au Royaume Uni.