41% des Français sont disposés à louer leurs objets personnels afin de bénéficier de revenus additionnels. Une tendance partagée par la plupart des sondés à l’échelle mondiale selon une étude Nielsen.
A noter : la tendance haussière des «micro-entrepreneurs »… et de la location au détriment de l’achat.

 
Cergy Pontoise10 juin – Plus d’un tiers (41%) des consommateurs français sont prêts à partager ou à louer leurs biens personnels, selon une nouvelle étude réalisée par Nielsen.
 
Cette nouvelle approche de l’économie, fondée sur la collaboration entre individus davantage que sur les échanges marchands, a été rendue célèbre par le site de location Airbnb (mise en relation de loueurs de chambres et clients) et permet aux particuliers de tirer profit de la capacité inutilisée de biens personnels tels que maisons, voitures ou équipements sportifs en les louant à d’autres consommateurs.
 
« À peu près tout peut être proposé en partage », déclare Sébastien Monard, Directeur Marketing et Communication Nielsen France. « Il y a un niveau de confort établi qui a ouvert la porte au partage des biens personnels via Internet, à un niveau inimaginable il y a encore quelques années. Les acteurs de l’économie collaborative deviennent à la fois producteurs et consommateurs. »
 
L’enquête mondiale sur les Communautés de partage de Nielsen a porté sur plus de 30.000 personnes interrogées sur Internet et réparties sur 60 pays. Elle révèle que si le phénomène est significatif chez nos compatriotes, ces derniers restent plutôt à la traîne, derrière la moyenne européenne de 54% et le score de 68% observé à travers le globe !
 
En Europe, ce sont les pays du Sud qui sont les plus disposés à utiliser ce système d’économie de partage, devant l’Europe du Nord et les pays de l’Est. Si les pays occidentaux semblent moins disposés au partage, les répondants d’Asie-Pacifique sont les plus réceptifs avec 78%  de personnes prêtes à partager leurs possessions et 81% susceptibles de louer celles des autres. En Amérique Latine et au Moyen-Orient / Afrique, respectivement 70% et 68 % des sondés, sont disposés à partager leurs biens personnels tandis que 73 % et 71% sont prêts à louer les produits des autres.
 
« Internet a certainement une portée encore modérée dans de nombreuses parties du monde, mais les consommateurs en ligne dans ces régions en développement révèlent déjà un intérêt avéré pour les communautés de partage. Démontrant ainsi que le web peut rapidement devenir une partie intégrante des évolutions culturelles», ajoute Sébastien Monard. « La popularité de l’économie de partage est due à une combinaison de trois facteurs. Une nouvelle vague d’entrepreneurs du web, des internautes de plus en plus à l’aise pour partager leur vie en ligne et le besoin croissant de gagner ou d’économiser de l’argent en raison de l’environnement économique et financier. »

 
L’économie de partage, pour qui, pour quoi ?
 
Pour les personnes qui souhaitent louer leurs biens personnels, les plus répandus sont les services / cours (19%), les outils électriques (15%), les voitures et vélos (11%). Une personne sur dix est prête à louer sa maison, ses articles ménagers ou même ses vêtements.
 
“L’économie de partage s’annonce comme une révolution économique majeure et peut avoir un impact important sur les entreprises traditionnelles », affirme Sébastien Monard. Le revenu ainsi gagné par les consommateurs devrait dépasser 3,5 milliards de dollars cette année, avec une croissance supérieure à 25% selon Forbes. Avec pour conséquence une gronde croissante d’hôtels et sociétés de taxis dans de nombreuses villes contre les services issus de l’économie collaborative.
 
Les Français en ligne sont plus enclins à céder leurs propres possessions qu’à louer celles des autres. Près de trois personnes sur dix (29%) se déclarent prêtes à louer des produits / services dans des communautés de partage en ligne, contre 44% des Européens et deux tiers (66%) de la population mondiale.
 
Sébastien Monard conclut : «Les consommateurs sont de plus en plus avertis sur la façon d’économiser, à un moment où Internet a facilité cette possibilité de louer plutôt que d’acheter certains produits. L’adoption des services de musique et de films en streaming tels que Spotify et Netflix en témoigne. L’économie de partage est l’évolution de cet état ​​d’esprit : pourquoi acheter quelque chose que je ne vais utiliser qu’une poignée de fois alors que cette nouvelle méthode me permet d’économiser de l’argent et de l’espace de stockage ?».
 

#  #  #

A propos de l’enquête globale Nielsen
L’enquête en ligne sur l’économie collaborative  a été menée du 14 Août au 6 Septembre 2013, sur 30 000 internautes dans 60 pays. En Asie Pacifique, Europe, Amérique Latine, Europe de l’Est, Afrique et Amérique du Nord. L’enquête en ligne sur le moral des consommateurs lancée en 2005 par Nielsen, mesure la confiance, les préoccupations majeures et les habitudes de consommation. 
 
A propos de Nielsen
Nielsen Holdings N.V. (NYSE: NLSN) est une société mondiale d’information et d’insights, leader en informations marketing et consommateur, audience TV et autres média, intelligence online, audience téléphonie mobile, salons commerciaux et activités annexes. Nielsen est présent dans environ 100 pays à travers le monde, son siège est situé à New-York, États-Unis, et Diemen, Pays-Bas.
Pour davantage d’informations, merci de visiter http://www.nielseninsights.eu/ ou
http://www.nielsen.com/us/en/newswire.html, ou encore de contacter Nielsen France.