C’est le thème du rapport que vient de publier l’Observatoire de l’Association Pasc@line à l’aube de la 2ème révolution numérique, caractérisée par l’arrivée simultanée du Big Data, des objets connectés, de la robotique, de l’intelligence artificielle…

L’Observatoire Pasc@line, qui a lancé ses réflexions sur ce thème dès 2013, considère que des compétences nouvelles doivent faire partie de la formation des ingénieurs afin qu’ils soient des acteurs engagés du numérique dans leur futur cadre professionnel. Ces compétences sont regroupées sous l’expression e-leadership.

L’objectif du rapport de l’Observatoire est de constituer un référentiel pour permettre aux établissements d’enseignement supérieur de construire des offres de formation initiale et continue destinées aux e-leaders de demain.

Au-delà de la maîtrise des technologies numériques, les diplômés des écoles d’ingénieur vont, en effet, devoir disposer de compétences leur permettant d’exploiter les possibilités offertes par le numérique en matière d’évolutions des métiers, de transformation des méthodes de management, de création de valeur via des services innovants répondant à de nouveaux usages et marchés.

Les compétences attendues du e-leader s’exercent dans les quatre dimensions impactées par le numérique :

  • Métiers : comment les grandes fonctions de l’entreprise (R & D, marketing/vente et relation client, finances, RH, production, logistique et juridique) sont révolutionnées par le numérique et en quoi la compréhension de ces mécanismes peut asseoir un leadership.

  • Management  et RH : dans un contexte international et multiculturel d’innovation permanente comment évolue le management des ressources humaines et des compétences.

  • Usages et Marchés : comment le numérique transforme les comportements,  crée de nouveaux besoins et ouvre de nouveaux marchés.

  • Technologies: comment elles portent la transformation numérique des entreprises ; la maîtrise des technologies du numérique est un des facteurs du e-leadership ; elles sous-tendent les trois premières dimensions.

Yves Poilane, Président de l’Observatoire Pasc@line, Directeur de Télécom ParisTech analyse :

«Nous entrons dans une révolution numérique qui résulte de l’irruption massive et simultanée de nouvelles technologies fortement impactantes (objets connectés, Big Data, robotique, intelligence artificielle,…). Au travers du e-leadership, l’objectif de Pasc@line est que les ingénieurs formés dans les écoles, portent le déploiement du numérique dans tous les collectifs agissant : entreprises, états, associations. Ils doivent être les promoteurs de la transformation, être non seulement des ingénieurs mais aussi des managers, des e-leaders. »

Le besoin en compétences et les formations nécessaires

Il y a peu de formations qui, actuellement, font référence au e-leadership et c’est le plus souvent de manière parcellaire ou indirecte et sans prendre en compte les quatre dimensions impactées par le développement du numérique.

Le rapport de l’Observatoire apporte des pistes de réflexion sur le nécessaire reengineering des formations dans les écoles d’ingénieur pour faire évoluer le dispositif en liaison avec les entreprises.

Noël Bouffard, Président de l’Association Pasc@line, Directeur Délégué chez Sopra analyse :

«Le numérique doit devenir non plus un outil, mais une culture. Les écoles d’ingénieurs forment des cadres d’entreprises compétents scientifiquement et techniquement. Cependant l’enseignement doit évoluer pour mieux encourager la créativité, l’innovation et la capacité à piloter les transformations des organisations. Le numérique est essentiel pour développer la compétitivité et répondre aux enjeux de création d’emplois. Cela doit passer par la formation et la promotion d’une nouvelle génération de e-leaders dans les établissements d’enseignement supérieur. »

Un des points novateurs du rapport concerne le développement des usages et les marchés : au-delà des technologies, le e-leader devra faire preuve d’imagination pour créer des usages innovants qui vont faire émerger de nouveaux produits ou services.

La formation des e-leaders doit faire appel à l’expérimentation et mettre plus l’accent sur l’analyse des business cases et le travail en mode projet. L’objectif est de développer chez les étudiants la capacité à imaginer de nouveaux usages et à les transformer en business.

Le rôle de l’Observatoire Pasc@line est d’être un outil de veille de l’information et de réflexion sur la transformation de la société. Il cartographie les métiers, les usages et les marchés les plus impactés par les nouvelles technologies.

Le groupe de travail de l’Observatoire, constitué de dirigeants d’écoles et d’entreprises, a intégré à ses réflexions les études faites par le Conseil National du Numérique, l’Observatoire du Numérique, le CIGREF, et la Commission Européenne. Les membres du groupe de travail ont rencontré des e-leaders reconnus et échangé avec les institutions, sur la compétitivité du secteur du numérique en France.

Le rapport de l’Observatoire « Quels besoins de compétences pour les e-leaders de demain ? » est téléchargeable sous forme d’e-book sur le site www.assopascaline.fr