Enquête exclusive ANDRH-Entreprise & Carrières, réalisée par Inergie*
Pour la 5ème édition du baromètre « Défis RH», dont l’hebdomadaire Entreprise & Carrières publie la première partie dans son édition du 20 mai 2014, l’ANDRH et le cabinet Inergie ont interrogé les DRH sur les effets attendus du Pacte de responsabilité ainsi que sur la loi de sécurisation de l’emploi, un an après sa publication.

Principaux enseignements de l’étude :
1 – Seules 16% des entreprises considèrent que les baisses des charges proposées par le Pacte de responsabilité pourraient avoir des effets à court terme sur l’emploi. « Si les entreprises qui prévoient d’embaucher le font vraiment, cela peut représenter des volumes importants, souligne Jean-Christophe Sciberras, président de l’ANDRH. L’affectation des économies [issues des baisses de charges] à l’investissement, à une politique de rémunération attractive et à l’augmentation des marges a bien souvent un effet ultérieur sur l’emploi. Le débat sur les contreparties est une bonne chose. Les baisses de charges étant consenties par la collectivité, il est normal que les entreprises expliquent ce qu’elles vont en faire. Car ce ne sont pas les branches qui embauchent : ces dernières vont maintenant se tourner vers les entreprises».

2 – Près des trois quart des DRH interrogés (74%) estiment que la loi de sécurisation de l’emploi ne répond pas aux objectifs de flexibilisation, alors qu’ils étaient 54% à l’espérer au moment de son adoption au Parlement**. Ils ne sont plus, par ailleurs, que 23% à penser qu’elle répond à un objectif de sécurisation du parcours professionnel des salariés, contre 44% en avril 2013.

3 – Si un peu plus d’un quart (28%) des DRH voit dans la loi une simplification des PSE, à peine 17% pensent qu’elle peut permettre le maintien des emplois. « Les DRH ne considèrent pas que l’assouplissement du code du travail peut vraiment les aider à maintenir des emplois en cas de difficultés, même si à leur décharge il leur manque encore des éléments pour se prononcer, précise Luc Vidal, directeur général d’Inergie ; seule la simplification du PSE trouve quelque crédit à leurs yeux, notamment pour les 36% des DRH ayant été confrontés à des réductions d’effectifs ».
* Etude réalisée par internet du 24 mars au 22 avril 2014 auprès des professionnels de la fonction RH, membres de l’ANDRH ; échantillon répondant constitué de 216 DRH.
**Baromètre Défis RH 2013, réalisé par internet du 19 mars au 7 avril 2013 auprès des professionnels de la fonction RH, membres de l’ANDRH ; échantillon répondant constitué de 201 DRH.