70% des répondants français ne sont pas à l’aise à l’idée d’aborder la question de leur paie avec un nouvel employeur

Levallois-Perret, le 15 mai 2014 – Une étude mondiale menée par Monster, leader mondial de la mise en relation entre les personnes et les opportunités de carrière, montre que moins d’une personne interrogée sur cinq (19%) est à l’aise pour négocier son salaire lorsqu’il accepte un nouvel emploi. Et plus d’un tiers des personnes interrogées  (36%) se déclare « très gêné » à l’idée de devoir aborder cette question.

Les résultats du sondage :

Monster a posé la question suivante aux visiteurs de son site et a obtenu plus de 3 500 réponses dans le monde dont 271 en France :

« Vous sentez-vous à l’aise pour négocier votre salaire quand vous acceptez un nouvel emploi ? »

Les résultats français et internationaux sont détaillés ci-dessous :

 

 

France

Résultats mondiaux

Très à l’aise

12%

19%

Assez à l’aise

18%

23%

Légèrement gêné(e)

32%

22%

Très gêné(e)

38%

36%

TOTAL

100%

100%

 

 

Résultats par pays 

 

Les Indiens interrogés sont les moins perturbés par les négociations salariales. 55% d’entre eux ont répondu être « très » ou « assez » à l’aise pour aborder la question de leur future paie et seuls 24% avouent se sentir « très gênés »  par ce sujet (soit le plus faible résultat tous pays confondus). Les répondants français et hollandais sont les moins enclins à se battre pour leur paie : respectivement, seuls 30% et 28% ont répondu qu’ils étaient « très » ou « assez » à l’aise pour discuter de leur salaire. Les Américains n’abordent pas non plus la question de la rémunération de bon cœur : 40% d’entre eux sont « très gênés » et 19% « légèrement gênés ».

 

« Lors de la signature d’un nouveau contrat de travail, ne laissez pas l’excitation brouiller votre jugement », conseille Marc Suchet, Directeur marketing de Monster France, Espagne et Belux. « Vous êtes sur le point de commencer une relation durable avec votre employeur, il est donc essentiel de se mettre d’accord sur un salaire correspondant à la réalité du marché. Faites une recherche comparative sur la concurrence afin d’avoir une connaissance plus globale de ce qu’est un salaire correct pour votre nouveau poste ». Marc Suchet ajoute « si le salaire est en deçà de vos prétentions salariales, n’hésitez pas à proposer un compromis, comme un engagement écrit (si les objectifs fixés sont atteints) pour une réévaluation du salaire 6 ou 12 mois après l’entrée dans l’entreprise ou encore proposer du télétravail pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. »