Les entreprises des secteurs d’activités libérales sont une composante majeure du tissu entrepreneurial. Une entreprise sur cinq a une activité de nature libérale. Avec près de 1 100 000 entreprises toutes tailles confondues, elles représentent 17 % de l’ensemble des TPE. Elles sont présentes dans les secteurs de la santé, du droit, du cadre de vie – techniques.

Pour accompagner les branches professionnelles dans leur réflexion sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, anticiper les besoins en termes de formation et recrutement, les partenaires sociaux ont créé l’Observatoire prospectif des Métiers et des qualifications dans les professions libérales, l’OMPL.

Aujourd’hui, l’OMPL confie à mars-lab, une vaste étude sur la qualité de vie au travail des salariés des entreprises libérales. Les résultats et propositions d’évolution seront présentés en fin d’année, lors de la rencontre annuelle de l’OMPL.

 

« Le bien-être au travail n’est pas un concept abstrait, bien au contraire. Des salariés qui se sentent bien dans leur emploi, c’est une entreprise plus performante. Le bien être au travail recouvre plusieurs dimensions : avoir connaissance des objectifs de l’entreprise ? Être informé des conditions d’évolution dans l’entreprise ! Avoir un emploi en cohérence avec ses compétences ! Bénéficier des actions de formation nécessaire à son emploi ! L’enquête que nous lançons nous permettra de déterminer dans quelle mesure les salariés se sentent concernés et impliqués dans leur entreprise », explique Patrick Guebels, Président de l’OMPL.

 

« La représentation des partenaires sociaux dans les entreprises libérales est très différente de celle des grandes entreprises. Pour répondre à ces spécificités, nous avons créé un organisme où nous pouvons nous retrouver et mettre en place des outils objectifs et pratiques qui favorisent les échanges. Cette étude donnera aux partenaires sociaux des bases objectives pour les chantiers à venir en matière d’emploi et de formation pour les années à venir », complète Pierre-Marie Dieu, Vice-Président de l’OMPL.

 

Un diagnostic objectif et précis

L’OMPL a fait appel au mars-lab, spécialiste du management de la performance sociale et de la prévention des risques sociaux. Pour la première fois, 400.000 salariés s’expriment sur :

  • Leur vécu professionnel et leur perception de leurs conditions de travail
  • L’effet des conditions de travail sur leur bien-être et leur santé
  • Les éléments qui menacent la performance et ceux qui au contraire la favorisent

Basé sur des indicateurs établis sur des bases scientifiques, le questionnaire a pour objectif d’obtenir des résultats personnalisés selon les 13 branches professionnelles représentées au sein de l’OMPL : cabinets vétérinaires, laboratoires de biologie médicale, entreprises d’architecture, cabinets de géomètres-experts et géomètres-topographes, cabinets d’experts en automobile, cabinets d’avocats, etc.

Les salariés se connectent au blog du marslabhttp://mars-srm.com/cgi-bin/enquete-ompl.pl), pour accéder directement au questionnaire à compléter avant le 20 juin 2014. Les réponses resteront confidentielles et anonymes. Au terme du questionnaire chaque répondant recevra un « instantané » sur son ressenti au regard de ses réponses, et les résultats de l’étude en avant-première avant qu’ils soient mis à la disposition du public sur le site de l’OMPL.

 

Associer bien-être au travail et performance des entreprises : des partenaires sociaux engagés

Des accords sur la qualité de l’emploi ont été signés dès 2010, entre l’UNAPL et les partenaires sociaux. Une 1ère étude menée par l’OMPL en 2011, avait montré que les entreprises libérales offraient des emplois de meilleure qualité que les autres secteurs. Dès lors, l’OMPL a souhaité cette grande enquête, faisant appel à un expert extérieur pour interroger les salariés sur leur vécu au travail afin de mettre à disposition des partenaires sociaux les conclusions de l’enquête pour qu’ils puissent en dégager des pistes de travail afin d’améliorer le bien-être au travail des salariés et par conséquence la performance des entreprises dans chacune des branches professionnelles.

 

Les entreprises libérales : plus de 8 % des emplois du secteur marchand en France

Les 13 branches représentées au sein de l’OMPL : les études d’administrateurs et mandataires judiciaires, les entreprises d’architecture, les cabinets d’avocats, les cabinets dentaires, les études de commissaires priseurs judiciaires et salles de ventes volontaires, les entreprises d’économistes de la construction, les cabinets d’experts en automobile,  les cabinets de géomètres experts – topographes – photogrammètres – experts fonciers, les laboratoires de biologie médicale, les cabinets médicaux, les études d’huissiers de justice, les pharmacies d’officine et les cabinets et cliniques vétérinaires concentrent quant à elles près de 3 % des emplois.

Implantées sur tout le territoire, elles sont des acteurs de proximité essentiels au développement local et au maintien du lien social. Confrontées de plus en plus fréquemment à des évolutions scientifiques, technologiques et réglementaires, les entreprises libérales doivent en permanence faire évoluer leur organisation et les compétences de leurs collaborateurs. Elles ont créé l’OMPL, outil d’expertise et de prospective en matière d’emploi, de compétences et de formation.

L’OMPL en bref

L’OMPL est une association créée le 28 février 2005, par la signature d’un accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des salariés des professions libérales. Les signataires : l’UNAPL (Union Nationale des Professions Libérales) et les 5 syndicats de salariés représentatifs au plan national (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO).

Ses missions

  • Dresser un état général de l’emploi et des qualifications dans les entreprises libérales.
  • Réaliser des études prospectives sur l’évolution des entreprises, de l’emploi et des qualifications à court et moyen terme.
  • Répondre aux demandes spécifiques des CPNEFP (Commission Paritaire Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle) sur les questions emploi-formation.
  • Organiser des journées de rencontre/débat en lien avec les problématiques d’emploi et de qualification dans les entreprises libérales.