Alma Consulting Group lance son 6ème baromètre annuel auprès de 350 entreprises en France en partenariat avec CSA, et pour la première fois, interroge directement un panel de 500 salariés, représentatif de la population active française, sur les raisons de leurs absences et leurs facteurs de motivation.

Explorer vision du salarié et de l’entreprise pour mieux définir l’absentéisme

Chaque année, le baromètre d’Alma Consulting Group établit des indicateurs  homogènes de l’absentéisme afin de donner un benchmark des meilleures pratiques et d’aider les entreprises sur ce sujet. « Aujourd’hui nous franchissons un cran de plus, en allant demander directement aux salariés les raisons de leurs absences et les leviers de leur motivation au travail », explique Yannick Jarlaud, Directeur Commercial et Marketing de la Business Unit Performances RH d’Alma Consulting Group.

C’est la première fois qu’une telle enquête est lancée. En collaboration avec l’institut CSA, Alma Consulting Group interroge actuellement 500 salariés représentatifs de la population active. « Nous continuons en parallèle notre enquête auprès des DRH. Cette double étude nous permet de confronter les différents points de vue sur les mécanismes d’absence, qui regroupent les phénomènes de désengagement et de démotivation ainsi que le stress au travail  et les risques psychosociaux », indique Yannick Jarlaud.
 

L’amélioration de la performance sociale d’une entreprise passe par la convergence des différents points de vue sur une situation de travail

Notre objectif : analyser les décalages entre les perceptions des salariés et des DRH pour en tirer des enseignements sur les actions les plus efficaces à mettre en œuvre.

« Prenons l’exemple du stress qui génère chaque année de l’absentéisme.  64 % des DRH considèrent que les salariés sont plus stressés par autre chose que par leur travail , alors que d’autres études déclarent que les salariés attribuent davantage leur stress à des origines professionnelles qu’à des causes personnelles (INRS, ANACT …). Un exemple qui montre combien il est nécessaire d’ « objectiver » le phénomène en sensibilisant l’ensemble des acteurs de l’entreprise sur l’importance d’une définition partagée de l’engagement et de la qualité de vie au travail. En interrogeant indépendamment salariés et DRH, nous voulons travailler à plus de convergence entre les attentes et les actions mises en place, et ainsi générer davantage de performance sociale » conclut Yannick Jarlaud.

Les enquêtes sont en cours d’administration par CSA.
Les résultats seront disponibles en septembre 2014.