Prism’emploi (organisation professionnelle qui regroupe les entreprises de travail temporaire françaises et leurs agences d’emploi) soutient le plan national de lutte contre le travail illégal et le détachement abusif présenté hier par le ministre du Travail mais souhaite que davantage de mesures concrètes soient prises.

« Combattre les abus d’entreprises européennes qui détachent des travailleurs en France sans en respecter la législation est primordial pour assurer la compétitivité de nos entreprises », déclare Gilles Lafon, président de Prism’emploi.

Renforcer les contrôles opérés par l’Inspection du travail, accroître l’arsenal législatif national pour mieux sensibiliser maîtres d’ouvrage et donneurs d’ordre qui recourent à de nombreux sous-traitants et enfin développer les conventions entre administrations et branches professionnelles concernées sont un premier pas pour éviter les dérives actuelles.  A ce propos, Prism’emploi s’est engagé dès 2006, aux côtés de l’Etat, dans la lutte contre le travail illégal.

Prism’emploi  rappelle par ailleurs l’enjeu important des négociations européennes le 9 décembre prochain. La proposition de directive qui sera discutée vise en effet à renforcer les conditions d’application de la directive « détachement » de 1996 afin de mettre fin aux nombreux abus.