1. Le recours au management de transition est en pleine croissance, comment expliquez-vous cet intérêt des entreprises ?

En priorité pour des raisons structurelles valables dans toute économie de marché. Pour lancer de nouveaux projets ou transformer leur business model, les entreprises ont besoin de bénéficier rapidement, de dirigeants opérationnels et expérimentés pour une durée déterminée par l’étendue du projet. Le Management de transition s’inscrit donc de manière systémique et incontournable dans le process de changement de l’entreprise.

Des raisons conjoncturelles voire tactiques,  liées aux spécificités françaises l’expliquent aussi. La crise a contraint les entreprises à réduire fortement les effectifs de dirigeants alors que les besoins ponctuels sont toujours présents (remplacement, crise, poste à pourvoir en urgence). Seule cette approche leur procure la flexibilité d’intervention nécessaire dans le contexte actuel d’incertitude économique.

2. De ce fait, on assiste à une multiplication des acteurs de ce secteur : comment y voir clair ? Si vous deviez donner 3 conseils aux entreprises qui pensent franchir le pas du Management de transition ?

 

Nous assistons, certes à l’émergence de nouveaux acteurs (mais pas à leur multiplication). Elle va de pair avec expertise et professionnalisation accrue des cabinets, plus forte exigence des entreprises clientes et accroissement sensible du nombre de managers disponibles.

Mes 3 conseils  sont donc :

1 Choisissez un cabinet dont le Management de transition est le seul métier ;

2 Faites appel à un cabinet sérieux, aux process bien rodés et à l’expérience reconnue. Lui seul aura la possibilité de faire un diagnostic clair de vos besoins et une sélection des meilleurs dirigeants ou experts pour y répondre ;

3 Veillez impérativement à la déontologie du cabinet conseil. Il doit respecter la confidentialité de la mission que vous lui confiez, avoir des conditions de vente claires et précises et intervenir dans un cadre juridique strict et légal.

 

4. De votre point de vue, comment devrait évoluer le secteur ?

 

Si on observe ce qui se passe dans les autres pays européens on constate que cette profession se structure autour de « pure player » et de quelques acteurs incontournables. Ils sont capables de réagir rapidement en apportant une véritable valeur ajoutée aux entreprises et une grande déontologie vis à vis des dirigeants et experts en mission. La présence internationale des cabinets devient par ailleurs une demande forte des entreprises.