Cette année encore, l’OPPBTP est partenaire des Trophées Batirama qui récompensent des apprentis et chefs d’entreprise soucieux de travailler dans de bonnes conditions et en toute sécurité.

La remise des Trophées 2013 a eu lieu le 28 mars dans les locaux de la SMABTP à Paris.

À cette occasion, l’OPPBTP a eu le plaisir de remettre le Trophée « apprenti d’argent » à Angélique Callu, qui prépare un CAP de menuiserie depuis moins de six mois au CFA de Rueil Malmaison, en apprentissage dans l’entreprise Trait de Coupe (92). Elle était accompagnée de son maître d’apprentissage monsieur Christophe Thiberge ainsi que du directeur de son CFA, Pierre Gomez.

Le CCCA-BTP, PRO BTP, la SMABTP, Point P, la FFB et la Capeb, ont également, chacun, remis un Trophée.

 

Les apprentis ont su décrire leur implication dans le métier et quelques bonnes pratiques professionnelles transmises par leur formateur/tuteur qui les ont marqués (bonnes pratiques de chantier, gestes techniques, règles de sécurité, chantiers propres…). Les maîtres d’apprentissage ont, en effet, un rôle capital à jouer dans la transmission de leur savoir-faire.

 

L’OPPBTP est partenaire de l’évènement depuis près de 20 ans particulièrement parce qu’il valorise le savoir-faire des professionnels du Bâtiment et met en lumière des jeunes talents apprentis, dont l’engagement en prévention est remarquable. En effet, l’Organisme a à cœur l’intégration de la prévention auprès des jeunes dès la formation initiale. C’est pourquoi il déploie une offre dédiée comme la campagne de sensibilisation 100 minutes pour la vie, dont la conception a été récemment renouvelée. Par ailleurs, il s’implique fortement dans les programmes des IUT de génie civil ou encore dans la rénovation des référentiels des diplômes en collaborant avec les commissions pédagogiques du ministère de l’Éducation nationale.

Enfin, il met à disposition des enseignants une bibliothèque documentaire, nommée Zoom chantier, répertoriant près de 60 situations de travail et de risques associés, commentées et analysées.

Extrait du témoignage d’Angélique Callu : Le rôle du maître d’apprentissage est à saluer

« Depuis le 17 octobre 2013, date de mon premier jour d’intégration professionnelle, un de mes maîtres d’apprentissage m’a tout de suite expliqué que la sécurité au travail était essentielle. Dès ce moment, m’ont été fournis les équipements de protection indispensables en menuiserie : un casque et un masque de protection, une paire de chaussures de sécurité et des vêtements de protection. Dès l’instant, je les ai mis. Dans mon entreprise, nous avons beaucoup de découpes, surtout sur la scie à panneau qui produit énormément de bruit. Par conséquent, l’absence du port du casque peut provoquer la diminution, voire la perte de l’audition. Le port du masque est aussi important car il permet de protéger nos poumons. L’inhalation des poussières peut engendrer des maladies telles qu’infection pulmonaire, eczéma, asthme ou encore cancer des poumons. Bien qu’il faille obligatoirement porter cet équipement de protection, je me suis rendue compte rapidement qu’il m’était bénéfique. Mon maître d’apprentissage m’a demandée de découper un panneau de médium de France d’une épaisseur de 19 mm. Cette tâche faisait suite à une commande. En effet, une de nos clientes, artisane et propriétaire d’une boutique de décoration, a commandé des bouches d’une longueur de 900 mm et d’une largeur de 500 mm. Lors de cette exécution, j’ai tout de suite mis mon casque, dans un premier temps afin de pouvoir manier la scie sauteuse. Dans un deuxième temps, lors du ponçage du contour des bouches, j’ai vraiment apprécié le port du masque, qui me permettait de ne pas respirer les particules volatiles du bois, qui est une expérience très désagréable. Il m’est arrivé de l’expérimenter, lorsqu’un menuisier de l’entreprise a mis en marche une meuleuse à poncer. Je passai à côté sans mon masque, et j’ai inhalé des particules, non seulement le goût et l’odeur du bois brûlé étaient insupportables, mais en plus ma visibilité est devenue plus opaque car la poussière se répandait partout dans la pièce. Il est donc primordial de travailler avec son équipement de protection, qui est nécessaire à la qualité et à la production du travail fournit. »

Retrouvez le portrait complet d’Angélique dans le magazine Prévention BTP n° 174 du mois d’avril.