Le CSP s’inscrit comme un dispositif facilitant les reconversions professionnelles. Plus de 40 % des personnes interrogées disent en effet exercer un métier totalement différent de leur métier d’origine.

Les bénéficiaires en reconversion s’orientent principalement vers les métiers de la santé, du transport, du secrétariat, de l’industrie, de la restauration, de la coiffure et de la sécurité.

L’analyse par secteur d’activité permet de confirmer une tendance : le CSP permet d’accompagner une partie des actifs issus des métiers de l’industrie et du commerce, particulièrement impactés par la crise économique, vers les métiers des services pourvoyeurs d’emplois.

En effet, parmi les résultats constatés :

    Les Services à la personne et à la collectivité représentaient 5 % des métiers exercés par les bénéficiaires avant leur licenciement pour atteindre 12 % des métiers exercés après la formation.

    Le secteur du commerce et celui de l’industrie voient à l’inverse leur poids diminuer après la formation : de 28 % à 17 % dans le commerce et de 24 % à 18 % dans l’industrie.

L’enquête montre par ailleurs que 54 % des personnes interrogées ont un salaire plus faible qu’avant leur licenciement. La baisse observée est significative (25 % en moyenne).