Paris – Le 24 octobre 2013

Demos en partenariat avec le cabinet IL&Di a mené une étude détaillée auprès de 70 entreprises sur les pratiques et tendances en matière de Blended Learning afin d’identifier la place de ces nouveaux dispositifs dans un environnement de la formation professionnelle en pleine mutation.

Le Blended Learning, une réalité incontournable

Même si le Blended Learning est une pratique encore récente (la grande majorité (70%) des entreprises l’ont adopté depuis moins de quatre ans) une conviction est désormais partagée : les trois quart des répondants voient dans ce modèle pédagogique un développement incontournable. Le quart restant y voit un modèle dominant de la formation pouvant s’appliquer quelque soit le sujet ou la cible.

L’étude montre que pour plus de 90% des répondants le Blended Learning présente des atouts indéniables pour l’entreprise :

– Une méthode de formation permettant une meilleure efficacité dans l’apprentissage,

– Des bénéfices pour les stagiaires avec notamment un renforcement de l’autonomie, une plus forte responsabilisation et une meilleure efficacité perçue,

– Des gains quantitatifs liés à la mise en place de ce type de dispositifs: la réduction du temps de formation en présentiel et la réduction des coûts. La réduction du temps passé constatée s’échelonne entre 10% et 50%. Pour deux répondants sur cinq elle se situe entre 10 et 20%. En matière de coûts les gains peuvent aller jusqu’à 30%.

Une pédagogie efficace et adaptable

La mise en œuvre du Blended Learning conduit à revoir la pédagogie en salle et ainsi privilégier les méthodes pédagogiques actives, à centrer le présentiel sur l’acquisition de savoir-faire et savoir-être, la prise en charge de l’acquisition des connaissances devant se faire par d’autres activités pédagogiques (e-learning). L’étude nous montre que les compétences transverses les mieux adaptées à ce type de dispositif sont la bureautique, l’informatique et les langues.

Parmi les critères de décision pris en compte pour la conception et la mise en œuvre d’un dispositif blended learning sont cités la pérennité de la formation (pour + de 65% l’impact de ce critère est fort ou maximum) ou encore la taille de la population à former.

Un dispositif en évolution

Si les dispositifs actuels restent assez simples (alternance e-learning et présentiel, avec des bibliothèques de modules standards ou sur-mesure qui peuvent être impressionnantes pour certaines organisations – plus de 100 modules dans chaque catégorie pour 20% des répondants), toutes les entreprises interrogées notent l’émergence à terme de dispositifs plus complexes qui combinent 4 nouvelles dimensions : tutorat, classes virtuelles, mobile learning et fonctionnalités des Réseaux Sociaux d’Entreprise.

Enfin, la part du Blended Learning dans le budget global est en augmentation pour 72% des répondants, ce qui prouve la dynamique croissante de ces dispositifs.

Découvrez la synthèse de cette enquête ici

&

Découvrez l’infographie de cette enquête ici

Dans son format complet, cette étude comprend :

– 190 pages

– 94 infographies commentées

– 7 points de vue à valeur ajoutée :

·        La stratégie pédagogique Blended Learning

·        Le choix des supports, médias et technologies au service de cette stratégie

·        La place du tutorat à distance et du tutorat de proximité dans la stratégie de mise en œuvre du Blended Learning

·        L’usage des RSE dans une stratégie Blended Learning

·        L’émergence des MOOCs et leur signification pour la formation continue

·        Le m-Learning et le Blended

·        Une formation en salle rénovée dans le cadre des dispositifs Blended Learning

– Plusieurs modes de lecture, de l’executive summary à une structure de lecture analytique par question : données statistiques, données commentées et analyses par Demos & IL&DI

Cette étude est disponible sur commande sur le site de notre partenaire Il&Di