Premier volet de l’étude  « Ce qu’attendent les candidats au moment du recrutement »

 pour JOBaProximite réalisée par Opinionway

Une semaine après la publication des derniers chiffres du chômage et alors que de nombreuses entreprises disent encore peiner pour attirer les bons profils, 69 % des actifs, qu’ils soient en poste ou non, avouent être ouverts à des propositions d’emploi. JOBaProximite publie aujourd’hui les résultats d’une enquête sur les attentes et les motivations des chercheurs d’emploi en France, qu’ils soient actifs ou passifs (étude quantitative réalisée par Opinionway auprès de 1015 actifs au global) *.

 

Des candidats en quête de reconnaissance de la part des employeurs

  Près de 8 répondants sur 10 critiquent les CV traditionnels et les jugent comme se ressemblant tous. Ils trouvent leur format trop rigide et peu adapté pour se démarquer des autres candidats ou mettre en avant ses qualités personnelles.

 

  Plus d’1 candidat sur 2 aimerait voir figurer sur son CV en priorité des éléments qui mettent en avant leur motivation personnelle (57 %) et les valeurs qui les animent (56 %), et ce qu’ils soient en recherche active ou passive !

 

  Plus de la moitié des personnes interrogées souhaiteraient pouvoir être recrutées sur leur potentiel, critère qui arrive en second derrière les compétences, et loin devant les diplômes (cités par seulement 10 % des répondants !). Par ailleurs :

–       97 % des candidats jugent qu’un bon recrutement est un recrutement qui identifie le potentiel qu’un candidat peut apporter à une entreprise.

–       86 % estiment qu’une entreprise devrait accorder plus d’importance à la motivation des candidats qu’à leurs diplômes.

 

L’entreprise idéale ? « Une entreprise transparente qui correspond  à mes valeurs ! »

 

  Pour 72 % des personnes interrogées, l’entreprise idéale est celle qui correspond à leurs valeurs. Plus on est âgé, plus les valeurs de l’entreprise sont importantes (81 % pour les 50 ans et plus, soit +19pts par rapport aux moins de 25 ans). Les plus jeunes, s’ils mettent également en avant les valeurs, sont plus sensibles au profil start-up des entreprises.

 

  1 chercheur d’emploi sur 2 trouve que les annonces d’emploi ne contiennent pas suffisamment d’informations pour permettre de se rendre compte si l’entreprise et ses valeurs lui correspond vraiment.

 

Ø  87 % d’entre eux pensent que les entreprises trouveraient plus facilement des collaborateurs si elles étaient transparentes sur leur fonctionnement et leurs valeurs.

 

  Plus des deux tiers des personnes interrogées auraient davantage confiance dans les entreprises si celles-ci faisaient preuve d’une plus grande transparence dans leurs offres d’emploi (en termes de rémunération, d’informations sur le poste, etc.).

 

La recherche, une épreuve en eau trouble 

 

En moyenne, les candidats postulent à 2,1 offres par semaine, plutôt de manière ciblée. Toutefois, les plus jeunes (31 % des 18/24 ans), les étudiants (32 %) et les chômeurs (28 %), sont nombreux à postuler tout azimut : en premier lieu parce que c’est simple grâce à l’outil Internet (62 %), puis par nécessité absolue de trouver un poste, quel qu’il soit (54 %). Un chiffre qui peut expliquer le fait que les candidats déclarent ne recevoir que peu de réponses.

  1/3 des candidats trouve que les annonces d’emploi ne permettent pas de se faire une bonne idée du poste proposé et de se rendre compte s’il correspond vraiment à sa recherche.

  60 % des répondants adoptent une posture distante ou de méfiance par rapport aux annonces, posture qui apparaît  légèrement plus présente à mesure que l’âge augmente. A l’inverse, 19 % d’entre eux sont pleins d’espoir et se projettent dans le poste.

 

  La rémunération, encore absente de nombreuses offres d’emploi, est la principale information que les personnes souhaiteraient trouver dans une offre (35 %) – en dehors des missions et du profil du candidat . Viennent ensuite trois points constitutifs de la marque employeur :

–          les spécificités de l’entreprise (25 %),

–          les moyens mis à la disposition du salarié (25 %)

–          et l’équipe en place (20 %).

 

La réponse aux candidatures : le point noir de la relation employeur/candidat !

 

  1 chercheur d’emploi sur 2 déclare ne recevoir de réponse que rarement, voire jamais, proportion qui monte à 72 % chez les chômeurs.

 

  Pour près de 8 personnes sur 10, c’est parce que seuls les candidats retenus intéressent les entreprises et pour 7 sur 10 parce que cela ne les intéresse pas, tout simplement… Une posture cynique du monde de l’entreprise dénoncée par les candidats qui sont minoritaires à penser que c’est faute de temps (39 %) ou de moyens (27 %).

 

  89 % des personnes interrogées estiment pourtant qu’il est important de recevoir une réponse, lorsqu’une entreprise refuse leur candidature, afin de s’améliorer que ce soit au niveau :

–          des compétences requises (58 %)

–          ou de la façon de se présenter et de rechercher un emploi (20 %).

 

Pour plus de 15 % des répondants, le fait de répondre est également la manifestation d’un respect indispensable des entreprises au temps consacré par le candidat à l’envoi de sa candidature.

 

 «  Il est urgent de créer les conditions de la conversation : « les candidats de la crise » veulent donner du sens à leur vie professionnelle et rêvent d’une nouvelle relation avec les entreprises ! Aujourd’hui, l’enjeu est de donner à chacun les outils qui lui permettent d’exister dans la relation candidat-employeur et c’est avec cette ambition que nous souhaitons bousculer le marché de l’emploi traditionnel ! », explique Hervé Solus, co-fondateur de JOBaProximite « Pour le chercheur d’emploi, il s’agit de sortir du carcan imposé par le CV traditionnel, de mettre en évidence ses valeurs, sa personnalité, son potentiel… plutôt que ses diplômes ! Pour l’entreprise, il s’agit de se dévoiler pour mieux séduire le candidat et être ainsi à la hauteur de son engagement.  Il est temps de faire bouger les lignes en matière de recrutement !»

 

Second  volet : l’entreprise idéale et les compromis pour faire un métier épanouissant.

La totalité de l’étude est téléchargeable ici : Etude OpinionWay/JOBaProximite : ce qu’attendent vraiment les candidats des recruteurs

 

JOBaProximite en chiffres :

·         25 000 candidats ont renseigné leur profil dans des fonctions aussi variées que le marketing, le commercial, la vente, le service en restauration, le développement web, etc.

·         plus de 550 entreprises utilisent le service,

·         plus de 2000 annonces publiées en permanence donnant lieu à plusieurs dizaines de recrutements dans des secteurs aussi divers que la distribution, l’hôtellerie restauration, le web, le commerce de proximité, l’IT…

 

Sources :

* Enquête réalisée du 08 janvier au 15 janvier 2014 auprès 1015 personnes en recherche active ou passive d’emploi extrait d’un échantillon représentatif d’actifs et d’étudiants de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué par la méthode des quotas. La représentativité de l’échantillon a été assurée par un redressement sur les variables suivantes : Sexe, âge, région, statut.

 

 

A propos de JOBaProximite : 

Lancé en février 2013 par Hervé Solus et Florent Schulzendorf JOBaProximite réinvente la recherche d’emploi sur Internet et mobile et propose une nouvelle expérience de recrutement qui s’appuie sur la richesse de chacun et la transparence de la relation entreprise / candidat. Une démarche dans laquelle la personnalité, les valeurs, les compétences et les recommandations l’emportent sur les diplômes. JOBaProximite  rapproche les candidats et les entreprises en restaurant un climat de confiance.

Pour assurer son développement, l’entreprise a levé 1 million d’euros entre juin 2012 et juillet 2013.